•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ajustement des allocations de dépenses personnelles est réclamé

Harold Lebel, entouré de Joël Arseneau et de représentants du groupe L'A-DROIT.

Harold Lebel est porte-parole du troisième groupe d'opposition en matière de solidarité sociale et de services sociaux.

Photo : Radio-Canada

Les députés péquistes de Rimouski, Harold LeBel, et des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, se joignent à des organismes communautaires pour réclamer la bonification de l’allocation de dépenses personnelles des personnes hébergées dans des ressources intermédiaires ou de type familial (RI-RTF).

Ces prestataires d'aide sociale sont souvent aux prises avec une déficience intellectuelle, un handicap ou un trouble du spectre de l’autisme.

Les députés font valoir que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) a récemment haussé les loyers mensuels des ressources intermédiaires et de type familial.

Ces loyers retiennent une grande partie de l'allocation des bénéficiaires, d'un montant de 245 $.

Le gouvernement a augmenté les prestations pour l’aide sociale, mais ils font en sorte que les prestataires qui sont en résidence perdent tout le montant supplémentaire, souligne Harold LeBel.

Les personnes qui restent dans des ressources intermédiaires n’ont pas moins besoin de ce petit budget-là pour dépenses personnelles. Elles ont aussi besoin de se déplacer, de s’acheter des vêtements, des produits d’hygiène et d’avoir des loisirs. La liste de ces besoins-là est longue et les montants sont minimums, ajoute Joël Arseneau.

Les députés péquistes ont déposé une pétition demandant au gouvernement d’agir pour résoudre le problème à l'Assemblée nationale ce matin. Ils ont récolté près de 1100 signatures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !