•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de la Ville de Moncton réclament de meilleures conditions de travail

Manifestation d'employés.

Une centaine de manifestants se sont rassemblés à l'hôtel de ville pour interpeller le conseil municipal et la mairesse.

Photo : Avec la gracieuseté de Marcos Salib.

Lisa Revil

Une centaine d’employés de la Ville de Moncton ont profité de la séance du conseil municipal, mardi soir, pour manifester leur mécontentement face à l’arrêt des négociations de leur convention collective. Ils dénoncent entre autres des inégalités de salaires et d'avantages sociaux entre les employés.

Alors que la conciliatrice n’est pas arrivée à mettre les deux parties d’accord, ils attendent un rapport du ministre du Travail du Nouveau-Brunswick.

La Ville est partie de la table des négociations la semaine dernière. La conciliatrice doit faire un rapport pour le ministre du Travail qui pourrait déclarer une impasse. On pourrait être en arrêt de travail, ou dans un lock-out, d’ici deux semaines, revendique Marcos Salib, représentant pour le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) à Moncton.

Portrait de Marcos Salib.

Marcos Salib, représentant syndical pour le syndicat canadien de la fonction publique, était l'un des organisateur de ce rassemblement.

Photo : Avec la gracieuseté de Marcos Salib.

Le représentant indique que les employés ne souhaitent pas la grève et préféreraient la reprise des négociations.

Ces négociations ont débuté en février 2019. Elles ont pour objet la renégociation de la convention collective d’une partie des employés municipaux. Une deuxième phase de conciliation a commencé en octobre 2019. En tout, la Ville et la section locale 51 du SCFP des employés se sont rencontrées 24 fois sans pouvoir trouver d’entente.

Plus d’équité sur les plans des salaires et des statuts

Selon le représentant syndical, il y aurait de grandes inégalités au sein même des employés de la ville : certaines personnes dans l’administration gagnent de très bons salaires, alors que 20 % des travailleurs municipaux n’ont pas le droit aux avantages sociaux et vivent dans des situations précaires.

Cette année, la Ville de Moncton a battu des records au niveau des nouveaux permis de construction. La Ville a beaucoup d’argent. Elle a augmenté le salaire des conseillers et de la mairesse, mais ils oublient toujours les employés de première ligne. C’est insultant, soutient Marcos Salib, représentant syndical pour le SCFP.

Le syndicat reproche à la ville de garder dans un statut temporaire et précaire une quinzaine d’employés qui travaillent depuis plusieurs années pour la Ville à temps plein, mais qui ont toujours le statut de travailleur temporaire et n’ont donc pas d’avantages sociaux.

C’est prendre avantage d’une main n’oeuvre et on voit cela comme non acceptable à Moncton.

Marcos Salib, représentant syndical national du SCFP

Au-delà de ce litige, Marcos Salib dénonce la baisse constante du nombre d'employés municipaux. Selon lui, la Ville a perdu 45 emplois depuis 2011, dont 11 en 2019.

Offre finale pour la ville

Dans un courriel, la directrice des communications de Moncton a déclaré que la Ville avait fait une offre finale le 11 février, mais que le syndicat ne l’avait pas acceptée.

Isabelle LeBlanc en entrevue à l'extérieur le 25 septembre 2019.

Isabelle LeBlanc, directrice des communications à la Ville de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

La Ville et la section locale 51 du SCFP étaient en phase de conciliation. Malheureusement, cette phase s'est terminée le mardi 11 février après que la Ville avait fourni une offre finale au syndicat. Le ministre a 15 jours pour décider de nommer ou non un bureau de conciliation ou un médiateur. Il y a un processus législatif en place et nous nous devons de respecter ce processus.

Isabelle LeBlanc, directrice des communications corporatives pour la Ville de Moncton.

La section locale 51 du SCFP représente 200 employés de la ville de Moncton.

Le syndicat et la Ville attendent tous deux le rapport du ministre de l'Éducation postsecondaire, de l'Éducation, de la Formation et du Travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique municipale