•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un collectif veut réhabiliter le lac Osisko pour le centenaire de Rouyn-Noranda

La promenade Agnès-Dumulon aux abords du Lac Osisko, à Rouyn-Noranda

La promenade Agnès-Dumulon aux abords du Lac Osisko, à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Annie-Claude Luneau

Le Collectif Territoire, un organisme sans but lucratif créé en décembre 2018, a comme mandat de regrouper des acteurs du monde des arts et de la culture, des chercheurs universitaires et des partenaires industriels. Son premier projet est ambitieux : rendre propre, accessible et attrayant le lac Osisko situé au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Il vise une livraison du projet pour le centenaire de la municipalité, en 2026. «C'est comme le projet qui était évident, parce que le lac Osisko, c'est un site qui est super identitaire, qui est au cœur de la ville de Rouyn-Noranda. Tout le monde veut que ce lac-là, on puisse se le réapproprier, mais en même temps, il y a une assez belle dose de complexité dans ce projet-là qui fait qu'on a besoin de travailler en intersectorialité.», explique la directrice du Collectif Territoire, Geneviève Aubry.

Je pense que ça va être beau, je pense que ça va être de la fierté, de la mise en valeur de qui on est, de notre identité, de nos richesses naturelles, mais en même temps, c'est ça la beauté du projet, je ne le sais pas ça va être quoi.

Geneviève Aubry

Si Geneviève Aubry et ses collègues ne savent pas encore à quoi ressemblera le projet, c'est parce qu'ils veulent que les Rouynorandiens s'approprient le projet, qu'ils l'imaginent, le conçoivent et y participent.

Des études scientifiques en cours

L'une des premières étapes pour en arriver à une réhabilitation du lac, c'est d'approfondir les connaissances scientifiques à son sujet.

Une première recherche du professeur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue Mostafa Benzaazoua, lui-même membre du collectif, a permis de démontrer la présence d'une mince couche de sédiments contaminés au fond du lac.

Il faudra maintenant compléter cette étude en échantillonnant d'autres sections du lac, avant de penser à une réhabilitation du lac.

Les techniques qui existent pour faire ce genre de réhabilitation, on peut les classer en deux grandes catégories : soit on va aller draguer, donc on va pomper ces sédiments, ou on va déposer un genre de tapis protecteur. Bien sûr, la première solution est nettement meilleure, explique le professeur de l'Institut de recherche en mines et en environnement.

Le lever du soleil sur le Lac Osisko à Rouyn-Noranda

Le lever du soleil sur le Lac Osisko à Rouyn-Noranda en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Mostafa Benzaazoua ajoute qu'il faudra constituer un groupe de recherche pour aller beaucoup plus loin. Il va falloir s'allier à d'autres scientifiques qui eux touchent d'autres domaines, par exemple la faune et la flore qui se développent au niveau de ce lac. L'idée, c'est de former un groupe de recherche multidisciplinaire et déposer un projet aux organismes qui pourraient subventionner ce genre de recherche.

Le collectif compte d'ailleurs déposer une demande de subvention auprès du Conseil de recherches en ressources naturelles et en génie du Canada ce printemps.

Une mise en valeur culturelle et patrimoniale déjà commencée

Le Collectif Territoire planche aussi en simultané sur des projets culturels. En ce moment, on travaille beaucoup sur la mise en valeur du site du Lac Osisko. Donc de quelles façons on peut dynamiser l'expérience du lac Osisko en mettant en valeur les richesses culturelles, naturelles, patrimoniales du site?, relate la directrice du Collectif Territoire, Geneviève Aubry.

Et on rêve aussi de créer une espèce d'oeuvre écologique à l'issue du projet, qui justement tout en étant une oeuvre artistique magistrale, va avoir aussi des fonctions écologiques.

Geneviève Aubry

Le projet a aussi obtenu le patronage de la Commission canadienne pour l’UNESCO, un appui qui donne de la crédibilité au projet selon ses créateurs.

Des appuis de plusieurs partenaires

Plusieurs organismes et événements ont déjà donné leur appui au Collectif Territoire. Des rencontres sont prévues jeudi et samedi pour discuter du projet avec plusieurs partenaires potentiels.

La Ville de Rouyn-Noranda a aussi fait parvenir une lettre d'appui au collectif et pourrait augmenter sa contribution au cours des prochains mois.

Diane Dallaire pose derrière son bureau, souriante.

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

On est chanceux d'avoir ce dynamisme-là dans notre communauté, on est chanceux d'avoir des gens qui rêvent à un Rouyn-Noranda encore meilleur. On est chanceux d'avoir des gens de culture, de recherche sur notre territoire, des industries qui s'impliquent. De voir que ça émerge du milieu, on est vraiment ravis, s'est exclamée la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Environnement