•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exploitation minière : des élus de la MRC de Papineau veulent être entendus par Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Benoît Delage, président régional du Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais, le maire de Duhamel, David Pharand, le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon et le porte-parole du Regroupement de protection des lacs de la Petite‑Nation, Louis St-Hilaire s'adressent à une salle lors d'une conférence de presse.

Des représentants de la MRC de Papineau et de divers organismes veulent que Québec écoute l'expertise régionale pour le développement minier dans la région. De gauche à droite : Benoît Delage, président régional du Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais, le maire de Duhamel, David Pharand, le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon et le porte-parole du Regroupement de protection des lacs de la Petite‑Nation, Louis St-Hilaire.

Photo : Radio-Canada

Devant l’intérêt croissant pour les richesses minérales du sous-sol de l’Outaouais, des représentants de la MRC de Papineau et d’organismes demandent à Québec de les écouter davantage dans le cadre de l’exploitation des minéraux« critiques et stratégiques » à la transition énergétique.

On n’a rien contre avoir des mines sur notre territoire, mais il y a des places pour les avoir, a souligné, le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon, lors d’un point de presse mercredi.

Or, c’est précisément la question des zones où serait permise l’exploitation minière dans la région qui préoccupe les élus de la MRC.

Ces derniers ont indiqué que le ministère de Ressources naturelles a rejeté leur schéma d’aménagement du territoire, document dans lequel ils ont détaillé les zones incompatibles avec l’activité minière.

On est les mieux placés, on est les personnes qui connaissent le mieux notre territoire et je pense que le ministère et le ministre [des Ressources naturelles] doivent en tenir compte.

Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

Pour le maire de Duhamel, David Pharand, la MRC a bien fait ses devoirs, mais son évaluation a été rejetée parce que Québec a oublié de donner les outils nécessaires pour faire le travail et on se retrouve avec des orientations très strictes et qui manquent de souplesse.

David Pharand en entrevue devant le poste de commandement mobile du Service de sécurité incendie de Duhamel.

David Pharand, maire de Duhamel, est aussi responsable du dossier de l'exploitation minière des ressources critiques et stratégiques pour la MRC de Papineau (archives).

Photo : Radio-Canada

Il importe également de s’assurer qu’une éventuelle exploitation minière ne se fasse pas au détriment d’autres activités économiques déjà bien enracinées dans la région, ont ajouté les conférenciers.

Une dizaine de municipalités du secteur ont d’ailleurs appuyé une résolution du Regroupement de protection des lacs de la Petite‑Nation, un organisme citoyen, qui demande que les activités minières soient interdites dans les zones désignées par la MRC comme étant réservées à la villégiature, au récréotourisme, à l’écotourisme et à la foresterie, a souligné son porte-parole, Louis St-Hilaire.

Les représentants de Papineau veulent maintenant s’asseoir avec le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Julien, pour faire le point sur la situation et faire valoir leur expertise.

M. Pharand a souligné qu’il avait reçu le soutien du ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, dans sa démarche.

Faire rimer transition énergétique, exploitation minière et économie locale

Les projets miniers en Outaouais et ailleurs dans le sud de la province visent principalement l’exploitation de matériaux critiques et stratégiques, soit des minéraux jugés cruciaux pour le développement et les activités économiques.

On retrouve parmi ceux-ci le graphite, une ressource utilisée notamment dans la fabrication de batteries pour les voitures électriques.

Le discours d’aujourd’hui ne se résume à un "pas dans ma cour", a précisé Benoit Delage, président régional du Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO).

Benoit Delage en entrevue devant un fond bleu portant l'inscription : Gatineau pour la vie.

Benoit Delage, directeur général du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada

Les métaux critiques et stratégiques sont importants pour la transition énergétique, mais l’exploitation minière doit permettre à la société de tirer sa juste part de ces bénéfices, a-t-il ajouté.

Qui plus est, il faudra aussi réévaluer la façon dont on exploite ces minéraux et le cycle de vie des biens produits avec ces ressources, croit M. Delage. Si on est pour utiliser la même façon qu’on a toujours développé notre économie, très vite on va arriver au fond du baril, a-t-il noté.

On doit se donner des cibles réutilisation et de recyclage du graphite et le moyen d’atteindre ces cibles. Si on demande à des gens d’exploiter leur territoire, il faut que le reste du Québec ait fait sa part avant tout.

Benoit Delage, président régional du CREDDO

Les intervenants réunis mercredi ont recensé six projets de mines de graphite — projetées, en cours d’exploitation ou en cours d’exploration — dans le sud-ouest de la province, dont un situé à Saint-Michel-des-Saints qui est examiné par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et un autre à Grenville-sur-la-Rouge.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !