•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plateforme YouTube Gaming, infestée d’arnaques

Illustration d'un jeune homme dont la tête est une manette de jeux vidéo.

YouTube Gaming aurait un sérieux problème d'authenticité quant à ses contenus.

Photo : iStock

Radio-Canada

Depuis quelques années, YouTube Gaming tente de se tailler une place dans le monde de la diffusion de jeux vidéo en ligne, toujours dominé par Twitch, mais la plateforme aurait un sérieux problème quant à l’authenticité de ses contenus.

En janvier, selon une enquête de Wired, les sept chaînes les plus regardées sur YouTube Gaming n’étaient pas alimentées par de véritables créateurs et créatrices de contenu, mais plutôt par de faux comptes faisant la publicité de moyens de tricher ou de profiter des bogues d'un jeu, tout en essayant d’obtenir les données personnelles des internautes.

Prenons l’exemple du très populaire jeu Grand Theft Auto V. Mardi, 11 000 personnes visionnaient simultanément une vidéo qui expliquait, au moyen de la voix d’un adolescent, comment profiter d’un bogue du jeu de façon à obtenir le plus d’argent virtuel possible.

La vidéo encourageait les adeptes du jeu à visiter un site appelé Perfect Glitches (bogues parfaits), puis à entrer leur identifiant et le montant d’argent virtuel désiré, jusqu’à 9 999 999 999 $ par jour. Pour avoir accès à la cagnotte, l’internaute devait d’abord entrer ses informations personnelles sur deux autres sites.

La vidéo, qui se retrouvait au sommet des vidéos recommandées par YouTube Gaming, a réussi à récolter plus de 1 million de visionnements en moins de 24 h. Évidemment, comme en témoignent les nombreux commentaires publiés sur la plateforme, aucun internaute n’a réussi à profiter du bogue en question.

Selon Zack Allen, cadre de la firme de cybersécurité ZeroFox, le compte derrière la vidéo, Queen PSH, est un cas classique d'arnaque visant à refiler des maliciels aux internautes ou à revendre leurs données à d’autres sites.

Ces réseaux sont vraiment bons pour rediriger et faire des tours de passe-passe.

Zak Allen, de la firme de cybersécurité ZeroFox

Des chiffres propulsés par des robots

Pour se retrouver dans en tête des vidéos répertoriées, les pirates créent un trafic artificiel vers leur contenu à l’aide de robots, ce qui leur permet de tromper plus d’internautes.

Bien qu’aucun propriétaire de ce type de chaînes n’a répondu aux demandes de commentaire de Wired, leur nombre élevé de visionnements simultanés – environ 11 600 en moyenne pour les 5 chaînes les plus populaires la fin de semaine dernière – comparé au faible nombre d’abonnements et de clavardages en direct, indique la présence de robots.

Une guerre de plateformes

L’une des mesures de succès les plus éloquentes en termes de diffusion de jeux vidéo en ligne est le nombre d’heures de visionnement. Dans ce domaine, YouTube rattrape tranquillement son concurrent principal, avec 358,3 millions d’heures de visionnement le mois dernier contre 842,5 millions pour Twitch, selon la firme d’analyse web Arsenal.gg.

Toutefois, les données recueillies par Wired indiquent qu’une bonne partie de ces heures proviennent de chaînes douteuses. En effet, de 39,8 à 47,4 millions d’heures de visionnement en janvier sur YouTube Gaming étaient liées aux 7 chaînes les plus regardées décrites plus haut.

Nous sommes engagés à faire de YouTube la destination ultime pour le contenu de jeux vidéo de haute qualité et nous enquêtons activement sur l’affaire, a affirmé YouTube dans une déclaration envoyée à Wired.

Avec les informations de Wired

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux vidéo

Techno