•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jury au procès de Weinstein veut réexaminer le témoignage de Miriam Haleyi

Mimi Haleyi

Miriam Haleyi accuse Harvey Weinstein de l'avoir agressée dans son appartement de Manhattan.

Photo : Reuters / Gabriela Bhaskar

Associated Press

Les jurés au procès pour viol de Harvey Weinstein à New York ont demandé mercredi au juge de pouvoir réexaminer le témoignage de Miriam Haleyi, l'ancienne assistante de production qui a accusé le magnat du cinéma de l'avoir agressée sexuellement dans son appartement de Manhattan.

Miriam Haleyi, l'une des deux plaignantes au procès à New York, soutient que Weinstein lui a fait subir des relations sexuelles orales de force en 2006 après lui avoir confié un travail sur une émission de télévision qu'il produisait, Project Runway.

Mme Haleyi, aujourd'hui âgée de 42 ans, a déclaré qu'elle et Harvey Weinstein avaient eu une relation sexuelle dans un hôtel deux semaines plus tard, même si elle ne souhaitait pas être intime avec lui. Selon les avocats de Harvey Weinstein, cet épisode prouve que le puissant producteur ne l'avait pas forcée non plus lors de la première rencontre.

Au deuxième jour de leurs délibérations, les sept hommes et cinq femmes du jury ont également demandé à revoir tous les courriels de Harvey Weinstein liés à Mme Haleyi qui ont été déposés en preuve au procès.

Parallèlement à l'agression présumée contre Mme Haleyi, le producteur déchu, âgé de 67 ans, est aussi accusé d'avoir violé une autre femme dans une chambre d'hôtel à Manhattan en 2013.

L'accusé soutient que ces relations étaient parfaitement consenties. S'il est reconnu coupable, il est passible de la prison à perpétuité.

Ses avocats se sont beaucoup concentrés au procès sur les courriels amicaux que certaines des femmes lui ont envoyés et sur d'autres rencontres que certaines d'entre elles ont eues avec lui après les agressions présumées.

L'Associated Press ne publie jamais les noms des plaignantes dans les causes d'agression sexuelle, à moins qu'elles n'y consentent – comme l'a fait Miriam Haleyi. Par contre, l'autre plaignante au procès de Harvey Weinstein n'a pas formellement consenti à être identifiée.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Procès et poursuites

International