•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des corneilles prises pour cibles à Charlottetown

Une femme tient deux sacs contenant des projectiles de plomb.

La Dre Lara Cusack dit que trois corneilles atteintes par des projectiles de plomb ont été amenées au Collège vétérinaire de l'Atlantique, sur le campus de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, au début de 2020.

Photo : CBC / Steve Bruce

Radio-Canada

Des responsables du Collège vétérinaire de l'Atlantique demandent aux résidents de l'Île-du-Prince-Édouard de ne pas tenter d'abattre des corneilles avec des fusils à air comprimé. Selon le Collège, trois oiseaux atteints par des projectiles ont dû être euthanasiés récemment.

Le bruit et les fientes des corneilles seraient devenus insupportables dans certains quartiers de la ville de Charlottetown, selon les autorités municipales.

Mais la solution au problème de corneilles dans la capitale insulaire n'est pas de les abattre, affirme la Dre Lara Cusack. Elles ont été blessées et on les a laissées souffrir, déplore la vétérinaire.

Peu importe ce que vous pensez des corneilles, ce n'est pas une façon appropriée de les traiter.

La Dre Lara Cusack, du Collège vétérinaire de l'Atlantique

La Dre Lara Cusack dit que trois corneilles blessées ont été amenées au Collège vétérinaire de l'Atlantique, sur le campus de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, depuis un mois. Dans les trois cas, les oiseaux ont été atteints par des projectiles de plomb. Et dans les trois cas, les corneilles ont souffert avant d'être euthanasiées par des vétérinaires.

Les lois sur la conservation de l'Île-du-Prince-Édouard permettent de chasser des corneilles dans certaines parties de la province. Mais il demeure illégal de décharger une arme à feu dans les limites de la ville de Charlottetown.

Le service municipal de police n'a pas ouvert d'enquête. Mais le caporal Ron Kennedy rappelle à ses concitoyens qu'il est dangereux de se servir d'un fusil à plomb dans un endroit densément peuplé. Qu'il s'agisse d'un policier ou de toute autre personne qui décharge une arme à feu, nous devons nous inquiéter de savoir où ce projectile va aboutir s'il rate sa cible, dit-il.

La Ville de Charlottetown dit avoir tout essayé pour repousser ses corneilles. Le conseil municipal a récemment demandé l'aide du gouvernement provincial afin de limiter sa population de corvidés.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Cruauté animale