•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéotron lance son réseau mobile à Rimouski

Des jeunes consultent leur téléphone cellulaire.

L'arrivée d'un quatrième joueur en mobilité cellulaire à Rimouski pourrait baisser le coût des services. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Déjà établie à Rivière-du-Loup et Trois-Pistoles, la compagnie de télécommunications Vidéotron agrandit sa couverture mobile au Bas-Saint-Laurent après plusieurs mois de déploiements et de tests.

La Ville de Rimouski et une douzaine d’autres municipalités de la région peuvent maintenant s'abonner du réseau mobile de Vidéotron.

Municipalités où le réseau mobile de Vidéotron est maintenant offert :

Mont-Joli, Saint-Anaclet-de-Lessard, Sainte-Luce, Price, Saint-Gabriel-de-Rimouski, Sainte-Angèle-de-Mérici, Saint-Donat, Sainte-Flavie, Saint-Joseph-de-Lepage, Les Hauteurs et Saint-Marcellin.

Vidéotron affirme que son arrivée à Rimouski contribuera directement à la baisse des tarifs.

Chute des prix

Pierre Larouche, vice-doyen de la faculté de droit à l'Université de Montréal et expert en droit de la concurrence, estime que cette réduction des coûts est possible.

Vidéotron, filiale de Québecor Média Inc., s’ajoute aux joueurs en mobilité cellulaire déjà présents sur le marché de réseau cellulaire à Rimouski comme Telus, Rogers et Bell.

On sait, par expérience, au Canada et ailleurs dans le monde, que dans les marchés de cellulaire, c’est souvent le quatrième joueur qui fait la différence, qui ajoute un peu plus de concurrence et de l’agressivité sur le marché .

Pierre Larouche, vice-doyen de la faculté de droit à l'Université de Montréal et expert en droit de la concurrence

Pierre Larouche indique que lorsque seulement trois acteurs sont présents sur le marché les prix se stabilisent à des prix trop élevés. Il croit que des offres alléchantes seront probablement bientôt lancées à Rimouski avec l'arrivée de Vidéotron.

Factures élevées au Canada

M. Larouche indique que les coûts des réseaux cellulaires sont souvent beaucoup plus élevés au Canada que dans d'autres pays puisque la population, qui n’est pas très dense, se trouve sur un grand territoire, ce qui augmente le prix des services.

Il explique qu’en Europe, les citoyens peuvent payer la moitié ou le tiers de ce que les Canadiens dépensent pour leurs factures cellulaires.

C’est parce que les Européens ont choisi de maintenir le maximum de pression concurrentielle sur les opérateurs pour que les prix restent bas, précise l'expert en droit de la concurrence.

Je ne suis pas sûr que le consommateur individuel a un grand pouvoir de négociation, mais il a le pouvoir d’aller ailleurs.

Pierre Larouche, vice-doyen de la faculté de droit à l'Université de Montréal et expert en droit de la concurrence

Avec les informations de Xavier Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Télécommunications