•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés manitobains accueillis par des opposants à la fermeture de la prison de Dauphin

Quelques manifestants tiennent des affiches et des drapeaux devant le Palais législatif, un édifice avec des colonnes en façade.

Une cinquantaine d'opposants à la fermeture de la prison de Dauphin ont rendu visite aux députés manitobains.

Photo : Radio-Canada / Ian Froese

Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées aux trois entrées du palais législatif du Manitoba mercredi matin pour manifester aux députés leur désaccord quant à la décision du gouvernement de fermer la prison de Dauphin.

Leur objectif était de rencontrer tous les députés à leur arrivée pour leur demander d’expliquer aux Manitobains leur décision.

Nous voulons dire au gouvernement qu’il doit revenir sur cette très mauvaise décision, souligne la présidente du Syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba (MGEU), Michelle Gawronsky.

La décision annoncée en janvier par le ministre de la Justice, Cliff Cullen, a soulevé une vive protestation dans la communauté située à 250 kilomètres au nord-ouest de Winnipeg. L’établissement correctionnel de Dauphin est un employeur important.

C’est un coup dur. Quatre-vingts emplois pour la communauté de Dauphin, c’est l’équivalent de 8000 emplois à Winnipeg.

Michelle Gawronsky, présidente du Syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba (MGEU)

La fermeture est justifiée par le fait que le bâtiment vieux de 103 ans ne correspond plus aux besoins correctionnels actuels.

Des centaines de personnes ont marché dans les rues de Dauphin au début du mois de février pour dénoncer la décision.

La présidente du MGEU dit avoir été contactée par des familles de détenus qui s’inquiètent de n’avoir reçu aucune indication au sujet de l'endroit où les détenus seront envoyés.

On ne sait pas ce qui se passe, personne n’a parlé aux familles, personne n’a parlé aux détenus et personne n’a parlé aux employés ou à la communauté de Dauphin, dit-elle.

Michelle Gawronsky ajoute que la communauté est préoccupée par le départ des employés et de leur famille qui pourraient choisir d’être mutés ailleurs en province. Les commerces, les écoles, les églises, tout le monde est très inquiet à propos de ce qui arrivera à la communauté.

Avec les informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale