•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux morts dans le carambolage monstre sur l'autoroute 15 à La Prairie

Une voiture complètement démolie par l'impact de l'accident.

Des véhicules ont été démolis par l'impact lors de la collision.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Deux personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées suite au carambolage de 200 véhicules survenu mercredi midi sur l'autoroute 15 sud, à La Prairie, en Montérégie.

Les deux personnes ayant perdu la vie dans ce carambolage étaient prises dans leur véhicule, a signalé la Sûreté du Québec (SQ). Elles sont longtemps restées coincées avant d'en être extirpées en soirée. On ne connaît pas leur identité pour le moment.

On sait que ces gens-là étaient impliqués dans une collision impliquant notamment un camion-citerne, ce qui rendait l’opération de secours plus difficile pour les premiers répondants, a déclaré Stéphane Tremblay, porte-parole de la SQ, dans la soirée.

À 22 h, tous les véhicules avaient été retirés de la voie rapide. À 21 h 30, le camion-citerne a été remorqué, puis un autobus peu après. Il s'agissait du dernier véhicule qui obstruait la voie.

Au même moment, des chasse-neige s'affairaient à enlever tous les débris qui restaient sur l'asphalte. De la machinerie s'activait à épandre du sel pour rendre la chaussée sécuritaire.

Vers 23 h, les autorités ont rouvert l'autoroute 15 en direction nord entre La Prairie et Brossard, tandis que le tronçon en direction sud a été rouvert un peu après 1 h, jeudi.

Plus tôt, Urgence-Environnement avait été appelé sur les lieux pour procéder à l'épandage de matière absorbante sur l'autoroute afin de récupérer tout déversement de carburant et de nettoyer les lieux.

Des véhicules accidentés.

Les derniers véhicules pris dans le carambolage monstre survenu le 19 février en milieu de journée sur l'autoroute 15 à La Prairie ont été remorqués en fin de soirée.

Photo : Radio-Canada

Soigner les blessés

Au total, on dénombre une soixantaine de blessés dans cette catastrophe routière, dont 20 blessés graves.

Un code orange a été déclenché à l'Hôpital Charles-Le Moyne, à l'Hôpital du Haut-Richelieu et au Centre hospitalier Anna-Laberge en raison de l'arrivée importante de blessés. Environ 150 personnes ont dû être prises en charge sur les lieux de l'accident.

Les autorités font état d’une quinzaine de transports ambulanciers vers les hôpitaux. Les blessés légers, quant à eux, ont été transportés par autobus vers un centre communautaire situé à La Praire, où un centre de triage a été aménagé afin d’évaluer leur état de santé.

Au centre communautaire, les victimes du carambolage ont pu décompresser. De la nourriture, des breuvages et des couvertures leur ont notamment été offerts.

Sébastien Lavoie, chef de division au Service de sécurité incendie de La Prairie, a affirmé que plusieurs personnes ont eu la « peur de leur vie ». J’ai parlé à quelques personnes qui ne voyaient rien et par la suite elles ont vu des camions de très près. Ces gens ont tout de suite été mis à l’écart et on s’est occupé d’eux, a-t-il dit.

Carambolage monstre sur l'autoroute 15 au sud de Montréal

Dégager les véhicules

De nombreux pompiers, policiers et ambulanciers ont travaillé dur tout au long de la journée de mercredi sur un tronçon d'un kilomètre de long afin de porter secours aux victimes, dont plusieurs se sont retrouvées prisonnières dans des véhicules lourdement endommagés.

On a dû procéder à plusieurs désincarcérations de véhicules. En tout, neuf véhicules ont dû être désincarcérés, a affirmé Marc-André Breton, directeur du Service de sécurité incendie de La Prairie.

Des reconstitutionnistes ont été dépêchés sur les lieux pour faire un relevé de la scène.

Selon le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, une forte poudrerie en provenance du fleuve aurait causé le carambolage entre au moins une centaine de voitures, une dizaine de poids lourds et des autobus, dont un autobus scolaire. Ce dernier a été lourdement endommagé, mais aucun de ses passagers n'a été blessé.

Les gens conduisaient, puis il y a eu de forts vents, du blizzard et, tout d'un coup, on ne voit plus rien, a-t-il résumé.

Selon le ministre Bonnardel, des opérations de déneigement avaient eu lieu sur l'A-15 dans ce secteur, respectivement à 11 h 26 et 11 h 56. Les collisions ont commencé vers 12 h 30.

Un automobiliste est assis dans sa voiture, qui a été très endommagée par l'impact de la collision.

Des automobilistes se sont retrouvés coincés dans des véhicules lourdement endommagés.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Un secteur qui n'est pas jugé dangereux

En ce qui concerne les critiques formulées par des automobilistes sur la dangerosité de ce tronçon de route en raison des vents en provenance du fleuve, François Bonnardel a expliqué qu'aucun rapport n'indique que ce secteur soit particulièrement propice aux accidents.

Ce tronçon n’est pas jugé accidentogène par le ministère. Après vérification, aucun rapport du coroner en lien avec la viabilité hivernale n’a été produit depuis au moins 20 ans.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

Le maire de La Prairie, Donat Serres, n’est pas de cet avis. Il a souligné que la configuration de l’autoroute a été changée au début des années 2000 et que la hauteur de la voie rapide a été accrue. Il a indiqué que cela a créé un « effet de tremplin » qui propulse la neige à la « hauteur des parebrises ».

Je pense qu’il faut un plan d’intervention et qu’on trouve des solutions, dit-il, nommant entre autres l’installation de brise-vents.

Une camionnette est coincée par deux camions contre une rambarde de béton.

La neige poussée par les vents forts aurait joué un rôle important dans ce carambolage survenu à la hauteur de la sortie 46 sur l'autoroute 15 sud, à La Prairie.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Stéphane Gagné, un témoin qui a été pris dans le carambolage, a expliqué sur les ondes d'ICI RDI que la visibilité était intermittente sur la voie rapide en raison de la poudrerie et que la chaussée était extrêmement glissante lorsque son véhicule a été embouti par un camion.

Une autre victime du carambolage, José Hamelin, a lui aussi parlé d'un brouillard soudain. On ne voyait absolument rien. Il y avait une voiture en avant de moi. J’ai fait une touchette. J’ai freiné, mais j’ai touché quand même la voiture devant moi. À un moment donné, je me suis fait percuter par des camions, je pense deux ou trois fois. J’ai fini au milieu du chemin, a-t-il raconté.

M. Hamelin poursuit : J’ai été chanceux. J’étais bien attaché. Quand ça a frappé, je me suis cramponné au volant, les pieds dans le plancher pour prendre l’impact, puis ça s’est bien passé. […] Quand je suis débarqué de la voiture, j’étais content. Je n’avais absolument rien. Il y avait le ballon [gonflable de sécurité] qui a éclaté, mais je n’avais pas de blessure.

Des images ou des informations sur ce carambolage? Contactez-nous à l'adresse temoin@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accident de la route

Justice et faits divers