•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocages ferroviaires : Gary Metallic prône l'importance de la gouvernance traditionnelle

Gary Metallic lors d'une entrevue avec Radio-Canada, le 19 février 2020.

Gary Metallic estime qu'Ottawa devrait accorder plus d'importance à la gouvernance traditionnelle des Premières Nations.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour la première fois depuis le début des blocages ferroviaires, le chef héréditaire du Grand conseil micmac de la Gaspésie, Gary Metallic, s'exprime publiquement pour défendre l'importance de la gouvernance autochtone traditionnelle.

Gary Metallic estime que le nœud des tensions repose sur le fait qu'Ottawa écoute seulement les conseils de bande élus, plutôt que le pouvoir traditionnel des Premières Nations.

Ce sont en effet les chefs héréditaires de la Première Nation Wet'suwet'en qui s'opposent au gazoduc Coastal GasLink, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, tandis que les conseils de bande élus sont en faveur du projet.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada mercredi, le chef héréditaire des Micmacs de la Gaspésie rappelle que les conseils de bande ont été créés par la Loi sur les Indiens de 1876.

Selon le mode de gouvernance traditionnelle, le Mi'gma'gi  est le territoire ancestral des Micmacs. Le Mi'gma'gi est divisé en sept conseils tribaux qui couvrent la Gaspésie, les quatre provinces maritimes, de même qu'une partie du Maine. Le territoire gaspésien fait partie du 7e district nommé Gespe’gewa’gi.

Ces conseils de bande, c'est une loi promulguée par le fédéral en 1876, mais notre système vient de la base, du créateur. Les conseils de bande n'existaient même pas à l'époque, souligne Gary Metallic.

À l'époque des traités qui ont été signés, cela confirmait que nous étions les systèmes de gouvernance et les détenteurs des titres des territoires et des ressources.

Gary Metallic, chef héréditaire du Gespe'gewa'gi

Il estime que le gouvernement de Justin Trudeau a raison de privilégier le dialogue à la force.

Vue rapprochée du barrage érigé sur la voie ferrée de Listuguj.

Des Micmacs de Listuguj bloquent la voie ferrée depuis le 10 février.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Ordonner une intervention policière, tel qu'évoqué par François Legault, serait une grave erreur, selon Gary Metallic.

Si on n'a pas appris de la crise d'Oka, ça va être beaucoup plus gros parce que c'est d'un océan à l'autre. Ce n'est pas la solution, plaide-t-il.

Par ailleurs, Gary Metallic avance que l'ancienne ministre libérale Jody Wilson-Raybould, qui siège maintenant comme indépendante, devrait être réintroduite dans le caucus libéral afin que ce soit elle qui négocie avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en. Il estime que ces derniers accepteraient de négocier avec elle puisqu'elle avait ouvert la porte à accorder davantage de place à la gouvernance traditionnelle, alors qu'elle était ministre sous le gouvernement Trudeau.

Ottawa appelle à la patience

À Ottawa, le conflit gêne de plus en plus le gouvernement de Justin Trudeau.

Mercredi matin, la ministre du Revenu national et députée de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, a été pressée de questions par les journalistes.

Tous les députés, on est tous très sensibles à ce qui se passe. Moi, [pour ce qui est¸] des Gaspésiens, les gens veulent travailler, les gens veulent arriver à un règlement de cette crise-là, un règlement qui soit pacifique, a indiqué la ministre.

C'est sûr qu'on a tous dans nos têtes ce qui s'est passé à Oka et c'est pas ce qu'on veut.

Diane Lebouthillier, députée de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine
Diane Lebouthillier à la Chambre des communes en avril 2019.

Diane Lebouthillier se dit sensible aux préoccupations des Gaspésiens touchés par le blocage ferroviaire.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Diane Lebouthillier a appelé les entreprises touchées par le blocage ferroviaire, qui dure depuis maintenant 10 jours en Gaspésie, à faire preuve de patience.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Autochtones