•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bon départ pour un centre d’art communautaire

Trois femmes de profil s’affairent à leur projet de tricot. Celle en premier plan arbore un large sourire.

Des amatrices de crochet viennent suivre des ateliers tous les mercredis matin au Studio libre.

Photo : Radio-Canada

Mathieu Grégoire

Le nouveau centre multifonctionnel Studio libre de Temiskaming Shores suscite l’intérêt auprès des amateurs d’art de la région. Les promoteurs comptent miser sur cet engouement initial pour faire de ce projet pilote un service permanent.

Les usagers sont nombreux à avoir adopté le nouvel espace de création du secteur Haileybury où ils se donnent rendez-vous chaque semaine.

Ateliers d’artisanats et d’arts visuels, lieu de répétition pour musiciens amateurs, mini galerie d’art et centre de conférence : le nouveau Studio libre est tout ça à la fois.

C’est plus qu’un studio, c’est plutôt un centre communautaire qui est accessible à tous les gens de tous les âges. On a souvent des ateliers pour les petits, comme on a des activités pour les aînés.

Réjeanne Bélisle-Massie, présidente du Centre culturel ARTEM et trésorière de la Galerie d’art Temiskaming
Cinq femmes travaillent autour d’une grande table au milieu du local.

Le vaste local permet de disposer le mobilier en fonction des activités à l’horaire.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Le centre a ouvert ses portes au début décembre grâce à un partenariat entre la Galerie d’art Temiskaming et le Centre culturel ARTEM.

La programmation attire depuis, un nombre grandissant de visiteurs réguliers comme Diane Auger.

La résidente de Temiskaming Shores se réjouit de s’adonner maintenant à son passe-temps aux côtés de plus jeunes amatrices de crochet.

Les jeunes eux autres vont aller ailleurs, ils vont dire : "on va l’essayer". Donc, ça nous oblige à aller au-delà de ce qu’on pense qu’on est capable de faire parce qu’on est encore capable d’apprendre.

Diane Auger, résidente de Temiskaming Shores
Un homme joue de la guitare dans un local où des femmes font du tricot en arrière-plan

Richard Benoît est l’un des musiciens qui se retrouvent chaque semaine au Studio libre pour pratiquer quelques pièces.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Richard Benoît a proposé à la direction du Studio libre d’ouvrir ses portes aux musiciens amateurs, comme lui, pour des sessions de musique improvisée (jam).

M. Benoît s’est ainsi trouvé des partenaires avec qui pratiquer.

Ça fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de jouer avec sept ou huit autres musiciens et chanteurs. Ça a apporté une variété de musique : on a un banjo, une mandoline, on a un accordéon, c’est vraiment super!

Richard Benoît, résident de Temiskaming Shores
Un homme coupe à l’aide d’un couteau les contours d’une forme sur un bâton de bois.

Richard Benoît apprend aussi à graver le bois. En guise de premier projet, il décore son bâton de marche.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Le menuisier à la retraite s’est aussi laissé tenter par un atelier de gravure sur bois.

Il a vite pris goût à donner un nouvel allure à son fidèle bâton de marche.

Pérennité du centre : une question de revenus

Des affiches indique les heures des différents ateliers et leur frais d’inscription de cinq dollars.

La plupart des ateliers d’artisanat sont offerts à prix modique. La direction veut élargir sa clientèle avant de hausser les prix.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

La direction du Studio libre a fait le pari d’offrir pour le moment la plupart de ses activités à prix modique ou tout à fait gratuitement. 

Une fois que les gens sont apprivoisés et ont utilisé les installations, c’est plus facile de les convaincre de continuer et de peut-être débourser davantage pour les ateliers et activités.

Réjeanne Bélisle-Massie, présidente du Centre culturel ARTEM et trésorière de la Galerie d’art Temiskaming

Pour l’instant, le Studio libre est financé principalement par deux subventions publiques dont l’une provient du Programme d'appui à la francophonie ontarienne qui vient à échéance à la fin mars.

La direction compte se baser sur les statistiques d’achalandage pour appuyer ses prochaines demandes de financement auprès de bailleurs de fonds dont la Ville de Temiskaming Shores.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Arts visuels