•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles plaques ontariennes problématiques pour des radars photo

Une nouvelle plaque à l'avant d'un véhicule.

Les nouvelles plaques d'immatriculation de l'Ontario sont en circulation depuis le 1er février.

Photo : CBC/Turgut Yeter

Radio-Canada

« Presque illisible » le soir selon un policier, la nouvelle plaque d'immatriculation de l'Ontario cause aussi des « défis de visibilité » aux radars photo à Toronto, selon la Ville.

Lorsqu'on compare l'ancienne plaque à la nouvelle, les lettres formant le mot "Ontario" sont plus petites, et c'est notre principal défi, explique le porte-parole municipal Mike Barnet.

Or, pour imposer une contravention, le radar photo doit identifier la province ou l'État d'où vient le véhicule.

M. Barnet ajoute que la situation semble particulièrement problématique après la tombée du jour, mais qu'il n'y a pas assez de nouvelles plaques en circulation pour l'instant pour une « évaluation conclusive ».

Il précise que c'est la « responsabilité » de la Ville de collaborer avec la province pour s'adapter à la nouvelle plaque.

La Ville doit consulter le fabricant des radars photo pour voir ce qui peut être fait.

M. Barnet pense que le problème est en partie attribuable au fait que les radars photo sont installés à 20 à 30 m de la rue et que leur caméra capte les véhicules en mouvement et de façon inclinée.

Le militant pour la sécurité routière Tom Worrall pense, lui, que la province devrait cesser de distribuer les nouvelles plaques, en circulation depuis le 1er février, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée. C'est clair que beaucoup d'automobilistes ne conduisent pas prudemment, dit-il. On ne peut pas revenir en arrière, il faut aller de l'avant en matière de sécurité.

Le gouvernement Ford admet qu’il y a un problème

Après avoir défendu le nouveau visuel de ses plaques d’immatriculation, le gouvernement de l’Ontario concède que la nouvelle mouture comporte des problèmes de visibilité.

La ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs Lisa Thompson avait affirmé mardi que les nouvelles plaques « fonctionnent », alors que la peinture « décollait » des anciennes.

Lisa Thompson a affirmé mercredi que le gouvernement a demandé à la compagnie 3M Canada d'enquêter sur les signalements de plaques illisibles dans l’obscurité.

Le bureau du Premier ministre Ford dit avoir parlé deux fois au président de 3M en cherchant à obtenir une solution immédiate aux problèmes de visibilité.

En fin d'après-midi mercredi, 3M Canada a dit travailler avec le gouvernement de l'Ontario et le fabricant de plaques pour répondre aux préoccupations concernant les nouvelles plaques d'immatriculation de l'Ontario.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Prévention et sécurité