•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trottinettes électriques en libre-service ne rouleront plus à Montréal

Deux pieds sur une trottinette électrique qui roule sur un trottoir.

Montréal n'autorise plus les trottinettes de la compagnie Lime sur son territoire.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

La Ville de Montréal ne va pas renouveler le projet pilote qui avait permis l'utilisation de trottinettes électriques en libre-service l'an dernier.

L'expérience lancée l'an dernier s'est soldée par un constat d'échec, a expliqué mercredi le responsable de la mobilité au comité exécutif de la Ville, Éric Alan Caldwell.

Une analyse claire, empirique, faite à partir des données recueillies des opérateurs a tout bonnement révélé que huit trottinettes sur dix n'étaient pas stationnées aux endroits permis.

Quiconque s’est promené dans le Vieux-Montréal a pu le constater, a-t-il laissé tomber pour illustrer l'évidence. Or Montréal ne veut pas se transformer en police de trottinettes.

Ce taux de délinquance de 80 % quant au respect de notre réglementation, il faut savoir en tirer un constat d’échec. On n’était pas prêt pour ça. Les opérateurs n’ont pas su assurer leur responsabilité quant au respect du règlement.

Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au comité exécutif de la Ville de Montréal

Ce mode de micromobilité [a] sa place dans une ville comme Montréal [...], mais pour que ça fonctionne, ça ne doit pas nuire aux autres modes de mobilité durable, et c’est ce qui est arrivé l’an passé, a ajouté M. Caldwell.

Une trottinette sur le trottoir, devant une calèche qui passe par là.

Plusieurs usagers des trottinettes électriques Lime les abandonnaient n’importe où, alors qu’ils étaient censés ne les garer que dans les zones prévues à cet effet.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

M. Caldwell a précisé que la Ville pourrait permettre à nouveau les trottinettes électriques en libre-service, mais que cela devra impérativement passer par une plus grande responsabilisation des opérateurs.

Restons à affût de cette nouvelle mobilité. […] Nous ne renonçons pas à trouver un modèle efficace, mais pour ça, nous devons prendre un peu plus de temps.

Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au comité exécutif de la Ville de Montréal

Une décision extraordinairement décevante pour Lime

Les trottinettes électriques de la compagnie Lime avaient été visées par de nombreuses plaintes l'an dernier, parce qu'elles étaient abandonnées n'importe où par des utilisateurs. L'une d'elles s'était même retrouvée au fond du canal de Lachine.

La compagnie Bird était l'autre opérateur de trottinettes dans la métropole. Son service n'avait cependant été lancé qu'à la mi-septembre.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, le directeur général de Lime, Michael Markevich, n'a pas caché sa vive déception envers la décision de la Ville.

Cette pause temporaire inattendue [...] est extraordinairement décevante et un grand pas en arrière pour les gens d'une ville engagée à réduire la congestion et ses émissions de gaz carbonique.

Michael Markevich, directeur général de Lime

Selon lui, la compagnie a servi 50 000 personnes en seulement trois mois d'opérations l'an dernier, ce qui prouve qu'il existe bel et bien une demande pour ce type de service.

Bird Canada est aussi déçue de la tournure des événements. Ultimement, la décision aura un impact négatif sur la mobilité et la micromobilité des Montréalais, a-t-elle commenté.

Les deux compagnies disent être prêtes à collaborer avec la Ville pour résoudre les problèmes, dans l'espoir de reprendre leurs activités en 2021.

Les vélos JUMP de retour

Les vélos électriques en libre-service JUMP seront toutefois de retour, a indiqué le responsable de la mobilité, puisque le respect de la réglementation encadrant leur utilisation a été beaucoup plus clair.

On voit les bénéfices de cette nouvelle mobilité à Montréal, sans en subir les inconvénients. Donc on continuera l'expérience du projet pilote, a-t-il résumé. Le règlement encadrant leur utilisation sera néanmoins revu.

L'engin de couleur rouge est barré sur une borne de stationnement de la Ville de Montréal.

Un vélo électrique JUMP d'Uber stationné sur la rue Nicolet dans le quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean Simard

Les vélos devront ainsi obligatoirement être munis d'un cadenas intégré pour permettre leur stationnement sur les supports à vélo. De plus, on imposera un nombre maximal de 1000 véhicules par permis et un maximum de trois permis d'opérateurs en 2020.

De nouveaux tarifs sont aussi prévus pour les permis d'exploitation dans l'objectif d'améliorer l'offre de stationnement à vélos sur le territoire, et une contribution supplémentaire de 75 $ par véhicule sera demandée et servira à l'achat de nouveaux supports à vélos.

Dans un communiqué, JUMP dit accueillir avec enthousiasme l’occasion de poursuivre ses opérations. Elle soutient que 32 000 personnes ont eu recours à ses vélos l'an dernier, ce qu'elle juge extrêmement encourageant.

La compagnie assure qu'elle entend améliorer son service et contribuer à l'éducation des usagers concernant l'importance du respect des règles municipales en matière de stationnement, de port du casque et de toute autre réglementation applicable.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transports