•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déraillement d’un train du CN : la route 602 encore fermée

De la machinerie près de Emo.

La machinerie lourde était à l'ouvrage près du lieu du déraillement tôt mercredi matin.

Photo : Soumise par Kathy Mercier

Radio-Canada

Une trentaine de wagons du Canadian National (CN) ont déraillé mardi soir près d’Emo, dans le Nord-Ouest de l’Ontario. Cinq d'entre eux ont laissé couler du pétrole brut. La Police provinciale de l'Ontario ne dénombre aucun blessé.

L’accident est survenu vers 20 h 30 à la hauteur de la route 602, au sud de la Transcanadienne. Depuis, la route est fermée dans les deux directions.

Un agent du ministère de l’Environnement a pris contact aujourd’hui avec le responsable des marchandises dangereuses du CN pour confirmer les progrès du CN pour nettoyer le site.

Les wagons-citernes seront déplacés vers des zones de confinement; des camions-citernes seront amenés par la suite pour transférer le pétrole brut.

Les personnes qui doivent se déplacer dans cette zone devront emprunter d'autres routes et utiliser l'autoroute 613 pour accéder à ces zones, indique la police provinciale de l'Ontario (PPO) du secteur de Rainy River. Nous ignorons quand la route 602, au passage à niveau du CN, sera ouverte et utilisable par le public.

Carte du lieu de l'accident de train.

Les autorités ont mis en place un périmètre d'évacuation de 800 mètres dans la nuit de mardi à mercredi.

Photo : PPO

Situation « sous contrôle »

Le maire du Canton d'Emo, Harold McQuaker, affirme que la situation est maîtrisée. Les deux familles évacuées dans la nuit de mardi à mercredi ont notamment réintégré leur domicile.

On a été un peu chanceux. Maintenant, il faut aller de l'avant.

Harold McQuaker, maire du canton d'Emo

La PPO indique que l'évacuation préventive a été levée de façon générale et car il n'y a aucun risque pour la sécurité publique.

Le CN estime pour sa part que les impacts de l'accident sur l'environnement sont minimes. Les rapports préliminaires indiquent qu'aucun produit ne s’est rendu dans un plan d’eau, a-t-il fait savoir par courriel.

Le Ministère de l'Environnement de l'Ontario confirme que le pétrole semble être demeuré près du site du déraillement. La température froide aurait limité la portée de la fuite, selon l’équipe sur place.

Le nettoyage du site pourrait prendre jusqu'à deux semaines, estime M. McQuaker. Le train, lui, pourrait être remis en service dans les 24 heures.

La cause de l'accident demeure inconnue pour l'instant. Le CN a lancé une enquête mercredi en milieu de journée afin de faire lumière sur l'évènement.

La mairie du canton d'Emo.

Le canton d’Emo, qui fait partie du district de Rainy River, compte un peu plus de 1000 habitants.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Pour Kathy Mercier, une résidente d’Emo, l'évènement provoque une prise de conscience. Le chemin de fer passe au milieu du petit village, dit-elle.

Mes enfants traversent les rails chaque matin pour aller à l’école élémentaire

Kathy Mercier, résidente d'Emo

L’école élémentaire Donald Young School, qui est à environ 1,5 kilomètre du lieu de l’accident, a fermé ses portes mercredi en raison du déraillement. L’odeur d’essence est intense à moins d’un kilomètre de l’école, remarquait Mme Mercier en matinée.

Pas le premier déraillement

Le segment de chemin de fer reliant Winnipeg à Fort Francis, à l'est d'Emo, est le plus utilisé du réseau du CN en Amérique du Nord, selon M. McQuaker.

Le plus récent déraillement à Emo remonte à 2010. Ce dernier, de moindre envergure, est survenu au centre-ville.

Mais c'est la première fois qu'on a un déversement de pétrole si près de la municipalité, souligne M. McQuaker.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Transports