•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un multimillionnaire et ses enfants déchirés pour une question d’héritage

Les enfants de Joe Overtveld, 91 ans, veulent faire annuler le récent mariage de leur père.

Il est assis dans un fauteuil et regarde par la fenêtre.

Jon Overtveld, 91 ans, est aux prises avec une bataille judiciaire avec ses enfants.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

CBC

Ce qui a commencé par une discrète cérémonie à l’hôtel de ville d’Ottawa s’est transformé en bataille judiciaire colossale. Les deux enfants de Joe Overtveld, dont la fortune est estimée à 27 millions de dollars, veulent faire révoquer le mariage de leur père avec une femme qu’il a rencontrée quelques mois avant leur union.

Décembre 2018 : Joe Overtveld se rend à l’hôtel de ville d’Ottawa en compagnie de sa future épouse, deux de ses meilleurs amis ainsi que la sœur de sa compagne.

L’homme de 91 ans, qui a célébré son mariage dans un fauteuil roulant, a voulu attendre le temps des Fêtes pour annoncer à son fils et à sa fille qu’il avait uni son destin avec une femme de 55 ans qu’il a rencontrée quelques mois auparavant.

Grâce à cette union, la nouvelle femme de M. Overtveld pourra hériter du tiers de la fortune de son mari.

Je veux de la compagnie, a confié le nonagénaire lors d’une entrevue dans son appartement d’Ottawa.

Je veux une femme qui va s’occuper de moi, quelqu’un qui a du cœur.

Joe Overtveld

Ses enfants ne pensent toutefois pas qu’il a les facultés mentales nécessaires pour prendre indépendamment la décision de se marier. Ils ont donc fait une demande d’annulation à la cour en son nom.

Les documents juridiques comptent des allégations cinglantes des deux parties. Même si aucune d’entre elles n’a été prouvée devant les tribunaux, elles témoignent d’un conflit familial houleux entre un patriarche qui affirme être toujours capable d’administrer ses affaires et des enfants qui prétendent agir pour son propre bien.

Empire immobilier

Pendant que le dossier chemine, M. Overtveld vit seul, à l’écart de sa femme, dans un appartement comptant deux chambres à coucher. Il est également soumis à diverses règles et restrictions, comme celle stipulant qu’il ne peut recevoir des visiteurs que 90 minutes chaque soir.

Joe Overtveld assis dans un fauteuil roulant à une table dans le fond d'une pièce.

Joe Overtveld doit vivre seul dans un appartement. Il ne peut recevoir des visiteurs que pendant 90 minutes par jour.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Joe Overtveld, de son nom complet Gilles Jozias Overtveld, a immigré des Pays-Bas en 1953 avec seulement 5 $ dans ses poches, aime-t-il raconter.

Ingénieur électrique de formation, il a investi dans l’immobilier dès les années 1960. Il possède plus d’une centaine d'immeubles locatifs à Ottawa dont la valeur totale est estimée à environ 27 millions de dollars, selon des documents de cour.

La recette secrète pour construire un tel empire est bien simple, d’après M. Overtveld. Vous achetez un immeuble et vous le rénovez en réparant le toit ou la fournaise, par exemple. Ensuite, quand tout roule, vous en achetez un autre, a-t-il expliqué avec un accent évoquant sa langue maternelle.

Toutefois, M. Overtveld n’administre plus sa propre entreprise, Gilas Management and Maintenance.

Inquiets de la capacité de leur père à prendre de bonnes décisions, ses enfants ont invoqué il y a trois ans une entente de procuration perpétuelle qu’il avait signée alors qu’il organisait la gestion de ses affaires en prévision d’une éventuelle absence.

Une procuration permet à ses signataires de prendre d’importantes décisions au nom d’une personne incapable de le faire pour des raisons physiques ou psychologiques. Une procuration perpétuelle demeure en vigueur afin d’être invoquée immédiatement si nécessaire, ou dans le futur.

D’après l'affidavit de Joy Overtveld, son père a commencé à éprouver des colères subites et inexplicables après un accident vasculaire cérébral en 2014. Son frère Todd a indiqué quant à lui que Joe Overtveld est devenu depuis plus irritable.

Depuis 2017, le patriarche ne serait plus en mesure de comprendre les rapports financiers de son entreprise, ce que le principal intéressé réfute catégoriquement.

Tito Jurado montre des documents légaux à Joe Overtveld.

Tito Jurado (à gauche) est ami avec Joe Overtveld (à droite) depuis des décennies.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Je n’ai pas changé du tout

Je n’ai pas changé du tout. Je trouve que ma mémoire est même meilleure que celle de la plupart des gens que je connais, a-t-il relaté en entrevue à CBC.

M. Overtveld a allégué qu’en 2017, il s’est disputé avec sa fille au sujet d’importants retraits faits de son compte bancaire lorsque Joy était responsable des transactions quotidiennes de l’entreprise.

CBC a demandé à Joy Overtveld de commenter ces allégations, ce qu’elle n’a pas fait directement. Cependant, elle a indiqué dans son affidavit que son père devenait enclin à la confrontation à son endroit.

Elle s’est entre autres plainte qu’en une seule journée de travail en 2017, mon père m’a inondée de 26 courriels, appels et textos sur le même sujet.

Todd Overtveld a dressé un constat semblable dans son affidavit, affirmant que son père était inhabituellement méchant avec sa sœur, et qu’il tentait de gérer tous les détails de son travail, même si ses fonctions étaient cruciales pour les revenus de la compagnie.

Un immeuble à appartements en hiver

L'empire immobilier de Joe Overtveld compte bon nombre d'immeubles, dont celui-ci sur la rue Frank, à Ottawa.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

En vertu de leur rôle indiqué dans la procuration, les enfants ont décidé de soumettre leur père à une évaluation de la capacité. Cet examen a conclu que Joe Overtveld était incapable de s’occuper de son entreprise et de ses propres besoins. Sa fille Joy a donc pris les rênes de l’entreprise.

Je suis pratiquement mort

M. Overtveld est toujours furieux devant les conclusions de l’évaluation et de la perte de contrôle qu’elles ont engendrée.

Vous n’êtes plus une personne. Je suis pratiquement mort.

Joe Overtveld

Depuis août 2018, les enfants de Joe ont pris le contrôle de ses finances, en transférant notamment des fonds dans une fiducie qu’ils contrôlent.

Ils ont également retiré le passeport et les pièces d’identité avec photo qui se trouvaient dans la maison de Joe, de peur qu’il se fasse voler son identité.

Le nonagénaire a demandé l’aide de son ami de longue date, Tito Jurado, qu’il a rencontré il y a 35 ans alors qu’il était ingénieur.

Il m’a demandé, en tant qu’ami, de lui venir en aide. En fait, il ne me l’a pas simplement demandé : il m’a supplié, se souvient M. Jurado.

Tito Jurado pose pour la caméra.

Tito Jurado tente d'aider Joe Overtveld, son ami de longue date.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Ce dernier a accepté de payer une seconde évaluation des capacités de M. Overtveld, qui a déterminé cette fois que l’homme était « lucide » et « articulé » et que, par conséquent, il était capable de révoquer la procuration qu’il avait signée.

Dans plusieurs documents légaux, les enfants reprochent à M. Jurado de vouloir profiter financièrement de leur père.

Ils ont demandé la tenue d’une troisième évaluation, un processus qui en est arrivé aux mêmes conclusions que le premier examen : que leur père était incapable de s’occuper de sa propriété et de sa personne et que, conséquemment, il ne pouvait pas non plus révoquer la procuration, ce qui signifie que ses enfants sont toujours responsables de ses avoirs.

La plus récente évaluation a également conclu que M.  Overtveld était vulnérable à l’exploitation et qu’il n’avait pas la capacité de comprendre les ramifications d’un contrat de mariage.

Il avait besoin de quelqu’un

Joe Overtveld a décidé d’épouser Rachida Youmouri pour défier la procuration en donnant l’autorité légale sur ces affaires à sa nouvelle femme. C’est M. Jurado qui a présenté Mme Youmouri à son ami quelques mois auparavant, et M. Overtveld a décidé de lui demander sa main.

J’ai vu ça comme une façon de reprendre le contrôle de la procuration, a-t-il expliqué. Mais quelque chose de plus important s’est produit depuis leur modeste mariage à l’hôtel de ville : M. Overtveld croit que la relation a grandi plus qu’il ne l’imaginait.

Les choses ont changé. C’est une excellente femme et je savais qu’elle s’occuperait bien de moi… Je l’aime.

Joe Overtveld

Son épouse a affirmé qu’elle entretient elle aussi beaucoup d’affection envers son mari, malgré les 36 ans qui les séparent.

Je l’aime comme un père ou un grand-père, et ces sentiments sont sincères, a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elle veut l’aider à améliorer sa qualité de vie pour les quelques années qu’il lui reste.

Je pense qu’il se sentait très seul. Il était isolé. Il avait besoin de quelqu’un avec qui partager sa vie, et c’est normal, a noté Mme Youmouri. Cette dernière a toutefois refusé d’être photographiée pour ce reportage.

Je ne suis pas une croqueuse de diamants.

Rachida Youmouri, femme de Joe Overtveld

Protection contre les prédateurs financiers

Les enfants de M. Overtveld ne voient pas l’union de leur père du même œil. Dans la demande d’annulation qu’ils ont remplie en octobre, ils affirment que leur père n’a pas les capacités mentales pour signer un contrat de mariage.

Une pancarte de résidence à louer devant un immeuble en hiver.

Selon des documents de cour, la compagnie de Jon Overtveld vaut 27 millions de dollars. Il possède de nombreuses propriétés, dont celle-ci de la rue MacLeod.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Ils allèguent aussi que Mme Youmouri — qu’ils soupçonnent de ne pas être une citoyenne canadienne — serait motivée par l’argent.

Todd Overtveld explique en détail dans son affidavit les craintes qu’il a pour son père. Il y affirme que Joe s’est déjà fait avoir par une arnaque par courriels provenant de la Russie en plus de se faire dérober de l’argent de son appartement.

Il soupçonne également son père d’avoir permis à une femme de rester à sa résidence, de manger sa nourriture et de recevoir des paiements pour des services d’escorte en 2018, ce que dément fermement Joe Overtveld.

Ses enfants affirment aussi dans des documents de cour qu’avant même son mariage avec Mme Youmouri, ils voulaient le protéger des prédateurs financiers qui s’en prenaient à lui en transférant de l’argent de son compte de banque vers une fiducie dans lequel ils puisent désormais pour les besoins quotidiens de leur père.

D’après Joy et Todd Overtveld, Rachida Youmouri n’est qu’une des nombreuses femmes que Joe Overtveld voulait épouser à l’époque. Ils allèguent aussi qu’elle n’a pas souvent parlé à leur père au téléphone et qu’elle ne lui rendait pas visite régulièrement avant leur union.

D’après des images de caméras de surveillance installées à l’extérieur de la résidence de leur père, les enfants ont indiqué n’avoir vu aucune preuve que Mme Youmouri allait voir leur père jusqu’à quelques jours avant leur prétendu mariage.

Une porte avec des écriteaux

Les règles que doit suivre Joe Overtveld sont publiées sur la porte de sa résidence.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Dans sa réponse à la demande d’annulation, Rachida Youmouri reconnaît que sa relation avec l’aîné est ce qu’elle qualifie de mariage pratique avec des avantages mutuels pour les époux.

Il voulait quelqu’un pour s’occuper de lui jusqu’à sa mort. Il m’a dit que si je restais avec lui et que je le protégeais jusqu’à ce qu’il meurt, alors j’aurais des avantages en vertu du testament, a-t-elle indiqué.

Mais elle a insisté qu’elle n’a pas uni son destin à celui de Joe pour l’argent. Je suis là pour l’aider en tant qu’être humain que j’ai vu souffrant, négligé et solitaire. Alors je voulais, et je veux toujours, améliorer la qualité de vie de Joe.

Dans des documents de cour, elle explique que son mari a exprimé des inquiétudes quant au fait que sa fille Joy le place dans une résidence de soins de longue durée et que ce dernier se sentait abandonné et stressé.

Rachida Youmouri, qui est née au Maroc, a également martelé qu’elle ne s’est pas mariée pour obtenir un passeport canadien. Je suis citoyenne depuis des années, et je ne suis pas ici pour son argent, je ne suis pas une croqueuse de diamants, a-t-elle insisté.

Dans ma culture, on ne maltraite pas et on n’ignore pas les aînés, on s’en occupe. Ils se sont occupés de toutes les générations qui leur ont succédé, a ajouté Mme Youmouri.

De leur côté, Joy et Todd Overtveld ont refusé d’être interviewés. Nous essayons de notre mieux de naviguer à travers ces circonstances à la fois étranges et difficiles, ont-ils écrit dans un courriel adressé à CBC.

Un cas inhabituel

Les tribunaux n’ont pas encore statué sur la demande d’annulation des enfants ni sur la poursuite civile intentée par Joe Overtveld pour faire annuler la procuration.

Selon l’avocate du nonagénaire, Me Miriam Vale-Peters, le dossier concernant l’annulation est inhabituel et elle croit qu’il sera difficile pour les enfants de Joe d’avoir gain de cause.

Elle a expliqué que même quand on détermine qu’une personne est incapable de s’occuper de ses avoirs ou de sa personne — la cour n’a pas non plus statué sur les évaluations de capacités aux conclusions divergentes —, la barre est moins haute pour consentir à un mariage.

Miriam Vale-Peters assise à une table devant une bibliothèque pose pour la caméra.

Miriam Vale-Peters est l'avocate de Joe Overtveld.

Photo : CBC/Jennifer Chevalier

Les gens ont le droit d’épouser une personne 20 ans plus jeune qu’eux et ils peuvent lui offrir des cadeaux extravagants. Les enfants n’aiment peut-être pas ça, mais tant que la personne sait et comprend ce qu’elle fait, tout est légitime, a noté l’avocate.

Je comprends le mécontentement des enfants avec la tournure des événements, mais ça ne leur donne pas le droit ou la capacité d’essayer de changer la décision faite par leur père, a-t-elle renchéri.

En Ontario, un ancien testament est révoqué quand quelqu’un se marie, ce qui signifie que Mme Youmouri partagerait la fortune de son mari avec ses beaux-enfants à moins que la demande d’annulation de mariage ne soit reconnue.

D’autres provinces, comme la Colombie-Britannique, ont amendé leur législation pour permettre aux testaments d’être toujours valides même après la signature d’un nouveau contrat de mariage.

Des heures de visite

Pour l’instant, les époux vivent séparément. Ils n’ont la permission de se voir qu’entre 18 h 30 et 20 h quand Mme Youmouri apporte le souper à son mari.

S’il veut voir sa femme en dehors de cette plage horaire, Joe Overtveld doit en aviser par écrit ses enfants avec au moins 48 heures de préavis. Si les règles ne sont pas respectées, la police sera prévenue et les visites pourraient être tout simplement annulées pour toujours, selon une lettre envoyée à Mme Youmouri par un avocat.

Le couple allègue que les enfants de Joe ont empêché Rachida Youmouri d’emménager dans un autre appartement de l’immeuble de trois étages du centre-ville d’Ottawa où réside son mari, ce qu’ont nié Joy et Todd Overtveld.

Je n’ai pas besoin de la permission de personne pour rendre visite à mon mari, a affirmé Mme Youmouri.

Joe Overtveld est lui aussi irrité par les règlements et les caméras de surveillance qui surveillent l’entrée de sa résidence.

J’ai des caméras qui épient tous les va-et-vient, s’est-il plaint. N’importe qui soumis à ce genre de situation serait à l’asile. Heureusement, je ne suis pas ce genre de personne.

Les enfants, eux, maintiennent que les règles de visite ont été mises en place pour entretenir son horaire de traitements et de sommeil et que les caméras ont été installées plusieurs années auparavant à la demande de Joe lui-même.

Dans son affidavit, Todd Overtveld a indiqué qu’il ne voulait que le mieux pour son père. J’aime mon père et je suis sincèrement inquiet pour son bien-être. Toutefois, il est temps qu’il accepte ses limites physiques et cognitives et qu’il nous laisse nous occuper de lui, est-il écrit.

Mais Joe Overtveld ne montre aucun signe qu’il est prêt à accepter le constat de son fils. Il est d’avis que le schisme qui s’est créé avec ses enfants ne pourra être réparé que s’il reprend le contrôle de son argent.

Il ne peut pas non plus s’imaginer ce qu’il lui arriverait s’il était séparé de sa femme et de son ami Tito Jurado.

Ce serait terrible, redoute-t-il. Ce sont les seuls qui croient que je ne suis pas handicapé. Ils disent que je suis le même homme que j’ai toujours été.

Avec les informations de Jennifer Chevalier

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.