•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui succédera à Dwight Ball?

Terre-Neuve-et-Labrador aura un nouveau premier ministre d'ici l'été.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Radio-Canada

Au lendemain de la démission de Dwight Ball comme premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, l'opposition n'hésite pas à souligner les récentes difficultés des libéraux.

Le prochain chef du Parti libéral ne pourra pas se séparer des problèmes du gouvernement de Dwight Ball, estime le chef de l’opposition officielle et chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador, Ches Crosbie.

Dwight Ball demande à son parti d'organiser une course à la direction de 60 jours.

Un nouveau chef sera donc élu avant le prochain budget, mais la politologue Amanda Bittner regrette que le Parti libéral n'ait pas décidé de prolonger la course au leadership.

Si on va trop vite, on n’a pas beaucoup de choix. Mais si on prend un peu de temps, si on crée un processus qui donne un peu de temps aux gens de venir, c’est mieux, croit-elle.

Amanda Bittner rappelle que les difficultés budgétaires de la province font frémir.

Moments marquants de la carrière politique de Dwight Ball

Élu député à Humber-Gros Morne en 2007, il perdra ses deux élections subséquentes avant de mener le Parti libéral à la victoire en 2015.

L'ancien propriétaire de deux pharmacies et d'une résidence pour personnes âgées arrivera à la tête de la province dans une situation financière plus que difficile.

Le grand responsable : le fiasco du dépassement de coût lié au projet hydroélectrique de Muskrat Falls. Son tout premier budget en écopera et sera vivement critiqué en raison de nombreuses nouvelles taxes et des hausses de tarifs.

Son dernier mandat aura aussi été parsemé de plusieurs controverses, dont des allégations de favoritisme envers des proches du Parti libéral.

Son passage à la tête de la province aura aussi été marqué par un adoucissement des relations avec Ottawa avec le nouvel Accord de l'Atlantique.

Les dépassements de coûts du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, la dépendance aux revenus pétroliers et le vieillissement de la population ne sont que quelques-uns des défis auxquels le prochain chef devra faire face.

Et ces défis pourraient très bien réduire le nombre et la qualité des candidats, selon certains.

En vertu de la loi électorale, des élections générales doivent être organisées dans un délai d'un an après l'élection du nouveau chef.

Avec les informations de Patrick Butler et de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale