•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décimée il y a un an dans un incendie mortel, la famille Barho remercie le public

Les sept enfants de la famille Barho sont morts dans un incendie dans la nuit de lundi à mardi à Halifax.

Les sept enfants de la famille Barho, à partir d'en haut à gauche : Rola (12 ans), Amhad (14 ans), Ola (8 ans), Mohammed (9 ans), Hala (3 ans), Rana (2 ans), et Abdullad (quatre mois).

Photo : Facebook : HEART Society

La Presse canadienne

Les parents des sept enfants qui ont péri dans l'incendie de la résidence familiale à Halifax il y a un an remercient la population pour l'amour et le soutien qu'ils ont reçus depuis cette tragédie.

Nous tenons à exprimer notre plus profonde gratitude aux milliers de Néo-Écossais qui nous ont témoigné leur amour et leur soutien au cours de la dernière année, ont déclaré Ebraheim et Kawthar Barho dans un communiqué publié mardi.

Les réfugiés syriens ont survécu à l'incendie qui a détruit leur maison de location à Spryfield, en banlieue de Halifax, le 19 février 2019. Mais les sept enfants du couple – âgés de trois mois jusqu'à l'adolescence – n'ont pas eu cette chance.

La perte est immense, et nos enfants nous manquent chaque jour.

Ebraheim et Kawthar Barho

Le couple Barho affirme qu'il a réussi à trouver du réconfort dans la gentillesse de purs étrangers, dans le courage des premiers intervenants et dans le dévouement des professionnels de la santé.

Un ourson en peluche sur une rampe d'escalier devant une maison d'Halifax.

Chez les voisins de la famille endeuillée, des peluches ont été installées devant les maisons en signe de solidarité.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Nous garderons chacun d'entre vous dans nos cœurs pour toujours, peut-on aussi lire dans la lettre.

Ebraheim Barho est toujours à l'hôpital après avoir subi de graves brûlures sur une grande partie de son corps.

Lors d’une récente entrevue avec la chaîne CTV, le Dr Jack Rasmussen, médecin en chef de l'unité des brûlés à l'infirmerie de Halifax, a déclaré qu’Ebraheim Barho a subi près de 15 opérations chirurgicales au cours de la dernière année. Il a aussi été soumis à des heures de physiothérapie et d'orthophonie.

Ebraheim Barho.

Ebraheim Barho en septembre 2017.

Photo : Enfield Weekly Press

Les enquêteurs n'ont toujours pas déterminé la cause de l'incendie. Dans une mise à jour en septembre dernier, ils ont déclaré qu'ils avaient seulement déterminé que l'incendie avait pris naissance à l'arrière de la maison, dans le séjour au rez-de-chaussée, près d'un canapé.

Rien ne leur permet de croire que l'incendie était d'origine suspecte, et ils ont exclu les articles de fumeur, le feu de cuisine ou un problème électrique.

L'incendie a frappé de plein fouet la communauté d’Halifax et a touché les gens partout au pays. Plus de 2000 personnes ont assisté aux funérailles des enfants Barho à Halifax. La famille, originaire de la ville syrienne de Raqqa, déchirée par la guerre, est arrivée au Canada en tant que réfugiée en septembre 2017.

Une maison presque complètement calcinée entre deux maisons relativement en bon état.

L'incendie survenu le 19 février 2019 dans le quartier Spryfield, à Halifax, a coûté la vie à 7 enfants.

Photo : Reuters / Ted Pritchard

Elle s’est d'abord installée dans la région rurale d'Elmsdale, en Nouvelle-Écosse, à environ 35 minutes au nord d'Halifax. Elle a ensuite déménagé à Spryfield pour profiter des services aux immigrants, tels que les cours d'anglais.

L'équipe d'assistance aux réfugiés de Hants East a aussi publié une déclaration mardi, notant la perte tragique des sept enfants et ajoutant que dans les moments difficiles, nos souvenirs apportent du réconfort.

Nous aimerions exprimer nos remerciements les plus sincères aux nombreuses personnes et organisations qui nous ont offert leur amour et leurs conseils au cours de l'année dernière alors que nous soutenions Kawthar et Ebraheim, a déclaré le groupe.

Aux milliers de Canadiens qui ont été là pour nous pendant cette période dévastatrice, nous sommes profondément reconnaissants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Pauvreté