•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2020 : le manque d'investissements inquiète et déçoit

Plan en contre-plongée du palais législatif à Victoria.

Le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a présenté son troisième budget à Victoria mardi.

Photo : Radio-Canada / Michael Mcarthur

Marc-Antoine Bélanger
Véronica Lê-Huu

Les réactions se multiplient à l’occasion du jour de budget à Victoria. De nombreuses organisations félicitent notamment la ministre des Finances, Carole James, pour avoir présenté un budget qui aide les étudiants.

Ainsi, la présidente de la Fédération des étudiants de la Colombie-Britannique (BCFS), Tanysha Klassen, a déclaré qu'une bourse pour soutenir le financement des études postsecondaires, la BC Access Grant, « aidera non seulement les étudiants dans les programmes de quatre années, mais aussi ceux qui suivent des programmes de certificats et de diplômes ».

La Fédération précise que l’endettement des étudiants en Colombie-Britannique s’est accru de 88 % depuis 1999. Selon elle, l’endettement étudiant moyen est de 30 000 $ après la remise d'un diplôme.

« C’est une énorme annonce pour les étudiants […] qui suivent des programmes pendant plus de deux ans, qu’ils aient accès à du financement dès le départ », dit Cristina Ilnitchi, vice-présidente de l'Association étudiante UBC.

Cristina Ilnitchi, vice-présidente de l'Association étudiante UBC.

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, la Coalition pour la réduction de la pauvreté en Colombie-Britannique applaudit la mise en place de bourses allant jusqu’à 4000 $ par année pour les étudiants postsecondaires. La province [...] échoue à faire des investissements significatifs pour réduire la pauvreté , affirme-t-elle toutefois.

Le Centre canadien de politiques alternatives juge le budget prudent.

« Nous pouvons nous permettre d’accomplir davantage, surtout quand les besoins sont clairs en ce qui concerne la pauvreté et l’accès aux garderies [...] Presque la moitié des places en garderie promises il y a deux ans doivent être créées cette année pour atteindre l’objectif fixé », écrit Iglika Ivanova, économiste principale de l’organisme.

Elle félicite le gouvernement pour « la création d’un palier d’imposition pour les gens qui font partie des 1 % qui gagnent les revenus les plus élevés. [Cette mesure] améliore l’équité de la taxation et aidera à combattre les inégalités », dit-elle, ajoutant que ces revenus supplémentaires soutiendront les programmes d’habitation, les garderies, le transport en commun, la lutte contre les changements climatiques et la réduction de la pauvreté.

« Cet effort visant à imposer les riches rate la cible, car on ne peut pas simplement définir la richesse d’une personne en fonction de son revenu, mais aussi ses actifs et le logement est devenu une telle source d’inégalité », dit Paul Kershaw, Generation Sqweeze

Paul Kershaw, Generation Sqweeze

Photo : Radio-Canada

Des mesures « insuffisantes » pour l’environnement

L’analyste en politiques publiques Alex Hemingway au Centre canadien de politiques alternatives indique d’ailleurs que « l’investissement du gouvernement dans CleanBC ne reflète pas l’urgence de la crise climatique ».

L’organisme Wilderness Committee estime de son côté que le budget du gouvernement provincial « continue d’offrir une réponse inadéquate aux enjeux environnementaux ».

« À une époque où s’attaquer aux questions environnementales et la transition vers les énergies renouvelables sont d’énormes défis pour la Colombie-Britannique, le gouvernement relègue ces enjeux au second plan », réagit l’organisme.

Le Wilderness Committee estime notamment insuffisants les efforts pour forcer les entreprises polluantes à réduire leurs émissions.

Des mesures « audacieuses » demandées pour le logement

L'association BC Non-Profit Housing et la Fédération de l’habitation coopérative se disent déçues du budget provincial de 2020. Elles déplorent l’absence de nouveaux investissements pour le logement abordable et le retard dans la réalisation des engagements existants.

Ces associations soutiennent que la province doit augmenter ses investissements si elle veut atteindre son objectif de construire 114 000 logements locatifs d’ici 2028.

« Devant la crise du logement en Colombie-Britannique de plus en plus urgente, nous avons besoin de mesures audacieuses dès maintenant », soutient Thom Armstrong, chef de la direction de l'association BC Non-Profit Housing.

Manque de ressources pour la santé

Le Syndicat des employés d’hôpitaux de la C.-B. salue les investissements de 6,4 milliards sur trois ans pour agrandir et moderniser les hôpitaux, de même que les mesures visant notamment à accélérer les soins primaires et les tests diagnostiques.

Le syndicat estime toutefois qu’il faut faire davantage pour « réparer les dommages causés aux soins aux aînés par le gouvernement précédent ». La secrétaire-directrice des affaires de l’UHE, Jennifer Whiteside, rappelle que, selon un rapport présenté la semaine dernière, les centres de soins gérés par des entreprises ont fourni 207 000 heures de moins que l’objectif fixé par le gouvernement.

Le Syndicat des infirmières et infirmiers de la Colombie-Britannique applaudit le fait que « le gouvernement se concentre sur les enfants, les familles et les populations vulnérables dans son budget », mais s’inquiète du manque d’investissement dans la main-d’oeuvre pour cette profession.

Christine Sorensen, présidente du syndicat, affirme que le gouvernement a pris peu de mesures pour régler la pénurie du personnel infirmier. Selon les projections de l’organisation syndicale, la province aura besoin de 25 000 infirmières supplémentaires au cours des dix prochaines années pour répondre à la demande de soins dans le système de santé.

« Nous voulons voir un plan pour les ressources humaines qui s’appliquera aux 13 établissements de santé, les nouveaux et les rénovés, qui ont fait l’objet d’une annonce au cours de la dernière année », renchérit la présidente.

« Pas de plan pour l’économie », dit l'opposition

Le Parti libéral de la Colombie-Britannique croit que le budget du Nouveau Parti démocratique impose trop les particuliers « et est dépensier sans avoir de plan pour faire croître l’économie ».

« C’est un budget de promesses brisées, a déclaré la députée Stephanie Cadieux à l’issue de la lecture du budget. Le NPD vous a promis, vous les contribuables, un lot de choses. Bien nous n’en voyons aucune aujourd’hui. Le loyer moyen est à la hausse. Les assurances pour condominiums augmentent. Les primes d’assurance d’ICBC ne sont pas abordables pour les jeunes qui ont besoin d’un véhicule pour aller à l’université. »

Le budget est dépensier sans avoir de plan pour faire croître l'économie, dit Stephanie Cadieux.

Réaction de Stéphanie Cadieux au budget 2020.

Photo : Radio-Canada

Sa collègue Shirley Bond, porte-parole en matière de Finances de l’Opposition officielle, avance que le gouvernement « n’a pas de plan économique et qu’il puise ses revenus uniquement dans les poches des contribuables. Le manque de compétitivité du régime d’imposition cause des dommages à la réputation de la Colombie-Britannique. Les gens choisissent de ne pas investir ici. D’autres choisissent de quitter notre province. »

« Il n’y a pas de rabais pour les locataires de 400 $ par année, il n’y a pas de garderies à 10 $ par jour », a-t-elle ajouté.

Avec les informations de Geneviève Milord et Benoît Ferradini

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale