•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation en solidarité avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en à Winnipeg

Des dizaines de personnes en habits d'hiver colorés marchent dans la rue.

La manifestation était menée par des chanteurs avec des tambours.

Photo : Radio-Canada / Emily Brass

Radio-Canada

Près de 200 personnes ont défilé au centre-ville de Winnipeg à la mi-journée afin d’offrir leur soutien aux chefs héréditaires Wet'suwet'en en Colombie-Britannique, qui cherchent à arrêter la construction du gazoduc Coastal GasLink.

Le cortège est parti du palais législatif vers midi pour se diriger vers le palais de justice. Des danseurs et des joueurs de tambours autochtones étaient à la tête de la manifestation.

Joseph Munroe représentait le groupe First Nation Indigenous Warriors, de Winnipeg. Selon lui, bien que cette manifestation se déroule à des milliers de kilomètres du territoire Wet'suwet'en, le combat des autochtones est le même d’un bout à l’autre du Canada.

Si nous nous rassemblons, si nous devenons une seule voix, nous sommes entendus, dit-il.

Il y a deux semaines, la Gendarmerie royale du Canada a commencé à arrêter des opposants du gazoduc Coastal GasLink qui tentaient d’empêcher sa construction. Depuis, des manifestations ont été organisées partout au pays et certains ont bloqué des chemins de fer.

Le groupe environnementaliste The Wilderness Committee était l’un des organisateurs de la marche. Le porte-parole Eric Reder affirme que militer pour l’environnement et militer pour les droits autochtones vont de pair.

Nous ne pouvons pas parler de protection de la nature, de ce qui nous donne la vie, sans parler en même temps de s’assurer qu’il y a des communautés autochtones saines, lance-t-il.

Une autre manifestante, Maureen Cooper, est une étudiante de l’Université du Manitoba. J’en ai assez qu’on fait taire des enjeux comme celui-là. Nous sommes en pleine crise climatique et nous devons nous faire entendre, dit-elle.

La manifestante Lisa Raven de la Première Nation de Hollow Water est également membre du camp Morningstar, installé à 170 kilomètres au nord de Winnipeg pour s'opposer à l’extraction de sable siliceux qui est utilisé dans des opérations de fracturation hydraulique.

Elle dit comprendre que les projets d’extraction de ressources naturelles peuvent être source de discorde, même parmi les membres d’une même communauté autochtone. Si vous habitez une réserve, les occasions d’emploi sont limitées. C’est partout au pays, et ça tend à diviser les gens en deux camps, poursuit Mme Raven.

La manifestante ajoute que les blocages et les manifestations peuvent aussi semer la division, mais que le but de ces initiatives est de pousser des personnes à penser à des enjeux qui ne les touchent pas directement.

Avec les informations de Patrick Foucault et Emily Brass

Les opposants Wet'suwet'en au projet de Coastal GasLink

Ce sont les chefs héréditaires (un mode de gouvernance traditionnel) des Wet'suwet'en et une partie des Wet'suwet'en qui s'opposent au projet de gazoduc en construction entre Dawson Creek et Kitimat, en Colombie-Britannique. Les chefs héréditaires affirment qu'ils sont les seuls à pouvoir consentir à un projet qui traverse leur territoire ancestral, qui n'a jamais été cédé par traité.

De leur côté, 20 conseils de bande, dont 5 conseils de bandes Wet'suwet'en, le long du tracé du gazoduc, ont approuvé le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones