•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget d'immobilisations record éveille des soupçons sur les intentions du gouvernement

La ministre des Finances de la Nouvelle-Écosse, Karen Casey.

La ministre des Finances de la Nouvelle-Écosse, Karen Casey.

Photo : Radio-Canada / Jean Laroche

Radio-Canada

Des élections pourraient-elles se profiler en Nouvelle-Écosse? Cette question est sur toutes les lèvres depuis que le gouvernement libéral a annoncé mardi le plus grand plan d'immobilisations pour une seule année de l'histoire de la province, avec un peu plus d'un milliard de dollars de dépenses prévues pour 2020-2021.

Le chiffre de 1,042 milliard de dollars représente une augmentation de 51 % par rapport à l'an dernier pour les dépenses en capital, qui s'étaient élevées à 691,3 millions de dollars en 2019-2020.

La ministre des Finances, Karen Casey, a indiqué que le moment était venu d'augmenter les dépenses dans les secteurs qui en avaient besoin, puisque le gouvernement en était à son cinquième budget équilibré consécutif.

Mme Casey a précisé que l'augmentation des dépenses ajouterait considérablement à la dette nette de 15,1 milliards de dollars de la province, mais elle estime qu'il s'agit d'un bon investissement à court terme qui devrait porter ses fruits à long terme.

Nous considérons comme une bonne dette le fait d'investir dans des infrastructures qui serviront aux habitants de la Nouvelle-Écosse pour les années à venir.

Karen Casey, ministre provinciale des Finances

Le plan d'immobilisations comprend 385,3 millions de dollars pour des projets de routes et d'autoroutes, ainsi que 265,6 millions de dollars pour la construction, la rénovation et l'achat d'écoles, et 154 millions de dollars pour soutenir le développement continu de nouveaux projets hospitaliers à Halifax et à Sydney.

Une grande partie des dépenses scolaires ira à l'achat de 30 écoles précédemment construites grâce à des partenariats public-privé, tandis que le reste sera consacré à la conception et à la construction de 16 écoles – dont la majeure partie a été annoncée précédemment.

« Ce n'est pas une année électorale »

La députée néo-démocrate Claudia Chender a remarqué qu'au cours de la dernière décennie, les dépenses ont augmenté drastiquement à deux reprises : en 2013 et en 2017.

Nous voyons des pics dans les dépenses quand les électeurs se rendent aux urnes

Claudia Chender, député néodémocrate

Il est frustrant de voir que le gouvernement repousse certains projets jusqu'à ce qu'il ait besoin du vote de quelqu'un, déplore-t-elle.

Karen Casey a écarté du revers de la main la suggestion selon laquelle ces dépenses seraient liées au calendrier électoral.

Ce n'est pas une année électorale, a-t-elle déclaré. Je ne prends pas cette décision, mais je suis presque sûre qu'il n'y a pas d'élections.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale