•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un maire canadien souhaite que la police ait accès à la technologie Ring

Une sonnette assortie d'une caméra

La sonnette-caméra Ring d'Ali Chahine, de Livonia, au Michigan, a enregistré un homme en train de fouiller dans sa camionnette.

Photo : CBC/ Thomas Daigle

Radio-Canada

Le maire de Windsor, dans le Sud-Ouest ontarien, veut que la police locale ait accès à la technologie Ring d’Amazon, comme de nombreux services de police américains. Ces derniers vantent les mérites des sonnettes vidéo intelligentes, qui ont notamment déjà permis l’arrestation rapide de plusieurs cambrioleurs.

Un matin d’août 2019, Ali Chahine s’est levé comme d’habitude à son domicile situé à Livonia, en banlieue de Detroit.

En vérifiant son téléphone intelligent, l’homme s’est rendu compte qu’il avait reçu une alerte pendant la nuit. Vers 2 h 40, la caméra installée à l’avant de son garage avait détecté des mouvements et avait automatiquement commencé à enregistrer ce qu’elle percevait.

L’enregistrement, que M. Chahine a visionné sur son téléphone, montrait un homme qui fouillait l’arrière de sa camionnette et qui examinait la boîte à outils qui s’y trouvait. L’homme en question n’a rien pris avec lui, mais M. Chahine est convaincu que c’est parce qu’il soupçonnait que quelqu’un l’avait vu. 

Si la caméra n’avait pas été là, il aurait probablement ouvert la boîte à outils et pris tout ce qu’elle contenait, affirme-t-il. 

M. Chahine a publié la vidéo sur les réseaux sociaux et a signalé l’incident à la police qui, à son tour, a mis la vidéo sur sa page Facebook.

En une heure seulement, un suspect – Jeffrey Couch âgé de 60 ans – a été identifié. Il a été arrêté quelques heures plus tard en lien avec une série de tentatives d’entrées par effraction dans des voitures.

La semaine suivante, il a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de tentatives de larcin et a été condamné à 30 jours de prison, selon le Detroit Free Press.

Un policier assis derrière son bureau

Le capitaine Ron Taig de la police de Livonia, au Michigan, montre le portail Neighbors disponible à tous les services policiers qui signent des ententes avec la filiale Ring d'Amazon.

Photo : CBC/ Thomas Daigle

Pour le département de police de Livonia, le cas était un autre exemple du partenariat réussi entre le service, la communauté et la filiale de surveillance domestique d’Amazon, Ring. 

C’est vraiment la surveillance de voisinage de 2020.

Capitaine Ron Taig, département de police de Livonia au Michigan

L’an dernier, le département de police de Livonia a conclu une entente avec la filiale d’Amazon afin de permettre aux citoyens qui se servent de l’application Neighbors de Ring de signaler les activités suspicieuses captées par les caméras de surveillance.

En vertu de l’entente, lorsqu’un crime est commis, les enquêteurs peuvent exiger les enregistrements captés dans un rayon de huit kilomètres, même sans mandat de perquisition. L’entreprise a même offert des caméras Ring gratuites à la police, que cette dernière donne à son tour au public par l’entremise de tirages mensuels.

Ring a conclu des ententes similaires avec des centaines de forces policières aux États-Unis.

Le maire de Windsor intéressé

Le maire de Windsor, Drew Dilkens, dit être intéressé par l’usage de la technologie Ring par la police locale. Il estime que la crise des opioïdes a causé une série d’incidents criminels dans sa ville, qui ne se trouve qu’à 33 kilomètres de Livonia. 

Je veux m’assurer que mon service de police puisse répondre aux crimes de manière efficace, et avec tous les outils modernes qui sont à leur disposition.

Drew Dilkens, maire de Windsor
Un homme parle à des journalistes.

Drew Dilkens est le maire de Windsor.

Photo : CBC / Jason Viau

La police de Windsor serait ainsi la toute première au Canada à se servir de Ring. Le maire Dilkens dit avoir contacté la compagnie et espère que l’application Neighbors sera bientôt disponible au Canada. 

Mais dans une déclaration envoyée à CBC News, un porte-parole de Ring a souligné que l’application Neighbors n’est actuellement disponible qu’aux États-Unis, sans préciser si l'entreprise compte l’étendre au Canada.

Des inquiétudes sur le vol de données

Amazon est déjà en possession d’une grande quantité d’information sur ses utilisateurs, comme leurs goûts cinématographiques et musicaux, recueillis par le biais des services d’écoute en continu, des achats en ligne et de l’assistant vocal Alexa.

Les critiques des ententes conclues entre Ring et les services policiers sont d’avis que les autorités locales ne devraient pas encourager l’acquisition, par Amazon, de plus de données personnelles.

La professeure d’éducation à l’Université de Windsor, qui s’intéresse aux implications de l’usage de la technologie au quotidien, compare le système Ring et les ententes avec la police à la construction d’une infrastructure de surveillance qui se retourne contre nous

Tout le système de partage de vidéos avec la police mine les droits à la vie privée que nous avons établis avec le temps.

Bonnie Stewart, professeure d’éducation à l’Université de Windsor
Une femme qui sourit

Sharon Wu est professeure d'éducation à l'Université de Windsor.

Photo : CBC/ Sharon Wu

L’Université a d’ailleurs organisé récemment une séance publique de discussion sur le sujet, à laquelle ont participé plus de 70 personnes.

La police de Livonia affirme que les inquiétudes quant à la vie privée devraient être minimes, puisque les sonnettes vidéo n’enregistrent généralement que les mouvements se trouvant sur le perron de l’utilisateur, et non dans des endroits publics. 

Mais des vidéos enregistrées par l’entremise de Ring disponibles en ligne démontrent que lorsqu’elles sont placées correctement, les caméras Ring enregistrent aussi les mouvements sur la rue ou au-delà de la propriété de l’utilisateur. 

Aux États-Unis, un groupe de plus de 30 organisations de défense des droits civils a écrit une lettre ouverte exigeant la résiliation des ententes entre Ring et les services policiers, soutenant qu’elles mettent en danger les libertés civiles, la vie privée et les droits civils, et existent sans supervision ou responsabilité.

D’autres critiques estiment que la technologie pourrait perpétuer le profilage racial ou pose des risques à la cybersécurité.

Pour sa part, le maire de Windsor précise que la police ne peut pas avoir accès aux enregistrements en continu grâce à l’application Neighbors sans la permission du propriétaire de la caméra.

Vous avez le choix de participer ou non. Je ne vois pas cela comme un terrain glissant, conclut Drew Dilkens.  

Avec les informations de Thomas Daigle de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Forces de l'ordre