•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans la peau d'un itinérant pendant 24 heures

Les deux itinérants d'un jour vont se réchauffer à la Soupe populaire de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Flavie Villeneuve

Afin de sensibiliser la population à l'itinérance, un homme d'affaires de Saguenay, Yves Ntetu, a décidé de se mettre dans la peau d’un sans-abri pendant 24 heures pour une deuxième année consécutive.

Cette année, il sera accompagné de Marie-Claude Morin, qui veut faire connaître les difficultés auxquelles font face les femmes en situation d’itinérance.

Depuis 7 h mardi matin, Yves Ntetu et Marie-Claude Morin relèvent le défi d'être 24 heures dans la peau d'un sans-abri. Yves Ntetu réitère son expérience pour sensibiliser la population à la problématique de l'itinérance. Son but est de rendre le phénomène visible pour mieux le comprendre.

La première fois que je l'ai fait, il faisait beaucoup plus froid et c'est plus effrayant quand on a le temps de penser.

Yves Ntetu

Marie-Claude Morin a accepté de relever le défi pour cerner le quotidien des sans-abri. Pendant la journée , elle marche pour se réchauffer, tente de recueillir de l'argent pour pouvoir manger. Son expérience n'est pas été si évidente.

De peine et de misère pour avoir quelques pièces, à la limite les gens étaient bêtes, mais une chance que je dis que je fais le défi, sinon je ne mangeais pas. Pauvres sans-abri!

Marie-Claude Morin
Deux personnes regardent les pièces de monnaie dans leurs mains.

Les deux itinérants d'un jour viennent d'obtenir quelques pièces de monnaie de la part d'un passant sur la rue Racine.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

La température a parfois atteint -21 degrés Celsius, ce qui rend la journée de Marie-Claude Morin et Yves Ntetu difficile. Ils devaient d'ailleurs trouver un endroit à l'abri du vent pour dormir cette nuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Pauvreté