•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-réserviste Patrik Mathews plaide non coupable à des accusations aux États-Unis

Patrik Mathews devant une maison.

Patrik Mathews, 27 ans, a été arrêté au Delaware en janvier.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

La Presse canadienne

Un ancien réserviste des Forces armées canadiennes, le Manitobain Patrik Mathews, plaide non coupable à des accusations portées par Washington pour son rôle présumé dans un complot visant à provoquer une guerre raciale aux États-Unis.

L'homme de 27 ans est derrière les barreaux depuis son arrestation et celle de deux complices par le FBI, le mois dernier, sur la côte est américaine.

L’ancien ingénieur de combat a disparu de Beauséjour, au Manitoba, l’an dernier après une enquête du Winnipeg Free Press alléguant qu’il était un recruteur pour le groupe néonazi international The Base.

Patrik Mathews fait notamment face à des accusations de transport d’une arme à feu avec des munitions dans l’intention de commettre un crime et d’être un étranger en possession d’une arme à feu et de munitions.

Selon le bureau du procureur des États-Unis, il s’est filmé en train de militer pour des actes meurtriers, l’empoisonnement d’approvisionnements d’eau et le déraillement de trains, afin de provoquer une guerre civile visant à créer un état ethnocentrique blanc.

Les procureurs américains allèguent aussi que M. Mathews et l’un des coaccusés, Brian Lemley fils, voulaient poser des gestes violents à un rassemblement proarme en Virginie le mois dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !