•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caraquet et Égalité santé en français exigent le congédiement du PDG de Vitalité

Gilles Lanteigne à l'extérieur, vêtu d'un manteau d'hiver, devant un édifice.

Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, appuie toujours le plan visant à fermer le service des urgences de six hôpitaux durant la nuit (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La réforme sur les soins de santé au Nouveau-Brunswick est mise en veilleuse le temps de faire des consultations publiques, mais la Ville de Caraquet et le groupe Égalité santé en français ne veulent plus travailler avec Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité.

Caraquet a adopté une résolution qui permettra à la Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne de demander le congédiement de Gilles Lanteigne.

Elle soutient qu'il serait difficile de continuer à travailler avec le PDG actuel, comme l'idée des fermetures d’urgences pendant la nuit vient des réseaux de santé Vitalité et Horizon.

Le maire de Caraquet, Kevin Haché, évoque une rupture de confiance et demande l’embauche d’un nouveau PDG qui serait en mesure d'amener de nouvelles idées.

La Municipalité se sent trahie et aurait de la misère à travailler avec M. Lanteigne dans le futur.

Kevin Haché, maire de Caraquet

Le maire Haché précise que Caraquet a toujours entretenu un très bon lien avec Gilles Lanteigne dans le passé.

Caraquet est la première ville à faire cette demande.

Le groupe Égalité santé en français réclame aussi du changement à la direction de Vitalité.

Le conseil d’administration d’Égalité santé a unanimement adopté deux résolutions demandant le congédiement du directeur général de la régie, Gilles Lanteigne, et la démission de la présidente du conseil d’administration, Michelyne Paulin. Mme Paulin et M. Lanteigne ont empêché les membres du conseil d’administration de jouer leur rôle, soit celui de voir aux intérêts de nos communautés en santé, affirme le président du groupe, le Dr Hubert Dupuis, dans un communiqué.

Gilles Lanteigne persiste et signe

Réduire les heures d’ouverture du service des urgences de six hôpitaux était un plan solide, selon le président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne.

Les propositions faites par Vitalité étaient très bonnes, très saines et basées sur les faits, affirme M. Lanteigne.

Il estime qu'il a consulté suffisamment les communautés touchées, et Caraquet en particulier. Le plan était selon lui nécessaire pour assurer la pérennité des soins, précise-t-il. L'opposition, selon lui, est émotive, et non basée sur des faits.

Le gouvernement de Blaine Higgs a annoncé la semaine dernière que les urgences des hôpitaux de Sainte-Anne-de-Kent, de Caraquet, de Grand-Sault, de Sussex, de Sackville et de Perth-Andover allaient être fermées de minuit à 8 h à compter du 11 mars.

Le changement des heures d’ouverture devait permettre, selon les réseaux de santé Vitalité et Horizon, d’embaucher une infirmière praticienne dans chacun des six hôpitaux.

Mais devant la vive opposition qui a suivi dans les régions concernées, le gouvernement a annoncé, dimanche, que le plan était mis en veilleuse le temps de faire des consultations publiques au printemps. Le premier ministre Higgs a reconnu que le fait de ne pas avoir consulté les communautés touchées a été une erreur. Plusieurs questions soulevées par ces dernières demeurent sans réponse.

Les autorités médicales s’attendaient à répondre à ces questions au cours des semaines précédant l’entrée en vigueur du plan, mais cela aurait été difficile dans le contexte des fortes émotions exprimées par le public, explique Gilles Lanteigne.

Le PDG de Vitalité espère que les gens comprennent mieux maintenant les difficultés du système des soins de santé.

Qui a été consulté?

Vitalité a fait des consultations à l’interne avant que le plan ne soit annoncé, assure Gilles Lanteigne.

Le maire de Grand-Sault, Marcel Deschênes, soutient pour sa part que personne n’a été consulté dans sa communauté. Les autorités, selon lui, n’ont fait qu’informer son administration de leur décision, et ce, une heure avant d’annoncer publiquement leur plan.

Gilles Lanteigne croit qu’il a toujours la confiance du premier ministre et de son gouvernement.

La direction du Réseau de santé Horizon n'a fait aucun commentaire pour le moment.

Les deux réseaux de santé doivent se présenter devant un comité permanent des comptes publics à Fredericton, mercredi.

Avec les renseignements de Jordan Gill, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale