•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La protéine AGO4, talon d’Achille des virus?

Illustration d'un corps humain entouré par des virus.

La protéine Argonaute 4 semble prometteuse dans l'espoir de la création d'un médicament antiviral universel.

Photo : iStock / Henrik5000

Radio-Canada

Un médicament antiviral dont l’action est basée sur la protéine Argonaute 4 (AGO4) permet de protéger et de traiter une multitude de maladies infectieuses, affirment des chercheurs américains de l’École de médecine de l’Université d’Harvard.

La Dre Kate Jeffrey et ses collègues affirment que cette protéine représente même un véritable talon d'Achille pour les virus. Et elle pourrait même mener dans quelques années à un traitement universel des virus, rien de moins.

Selon l'équipe américaine, la simple augmentation des niveaux d'AGO4 dans le corps renforcerait le système immunitaire et protégerait contre de nombreux virus.

Une arme efficace

L’épidémie actuelle du coronavirus montre à quel point les virus constituent une menace constante pour l'humanité.

Des vaccins sont régulièrement créés contre des virus spécifiques, mais ce processus peut prendre des années. Et la médecine se trouve à tout coup démunie lorsque de nouveaux virus apparaissent.

Notre objectif est de mieux comprendre le fonctionnement de notre système immunitaire afin de pouvoir créer des traitements efficaces contre une série de virus, plutôt que de simples vaccins contre un virus particulier.

Kate Jeffrey

Un espoir nommé Argonaute

La protéine porteuse d’espoir fait partie de la famille de protéines AGO. La chercheuse Kate Jeffrey et ses collègues ont découvert que l'AGO4 joue un rôle clé dans la protection des cellules contre les infections virales.

L’action antivirale de cette protéine a uniquement été observée dans les cellules immunitaires des mammifères.

Dans ses travaux, l’équipe américaine a étudié les effets antiviraux de plusieurs protéines AGO pour découvrir que seules les cellules déficientes en AGO4 étaient hypersensibles à l'infection virale.

En d'autres mots, de faibles niveaux d'AGO4 rendent les cellules des mammifères plus susceptibles d'être infectées.

La Dre Jeffrey pense qu’une simple augmentation des niveaux de la protéine renforcerait le système immunitaire, et le protégerait contre de nombreux virus.

Les mammifères possèdent quatre protéines Argonaute (1-4). Ces dernières peuvent bloquer l’expression des gènes en les rendant silencieux. En outre, elles sont remarquablement conservées dans de nombreux êtres vivants, y compris les plantes.

Des travaux menés sur des souris infectées par la grippe ont montré que les rongeurs déficients en AGO4 présentent des taux de virus nettement plus élevés.

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Cell Reports (Nouvelle fenêtre) (en anglais) affirment qu’ils veulent maintenant déterminer l'étendue du spectre d’action de l'AGO4 pour tous les types de virus.

Ensuite, nous devrons découvrir comment renforcer l'AGO4 pour augmenter la protection contre les infections virales, explique Kate Jeffrey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science