•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles plaques de l'Ontario « illisibles » le soir

La plaque d'immatriculation à l'arrière d'une voiture.

Le policier de Kingston Steve Koopman affirme que les nouvelles plaques d'immatriculation ontariennes sont « presque illisibles » le soir.

Photo : Twitter/Steve Koopman

Radio-Canada

Lancée en grande pompe par le gouvernement de Doug Ford, la nouvelle plaque d'immatriculation de l'Ontario est vivement critiquée par des policiers et des experts en sécurité routière.

Le numéro d'immatriculation en lettres et chiffres blancs sur fond bleu est « presque illisible » le soir et la nuit, dénonce le policier Steve Koopman.

L'agent du service policier de Kingston se demande sur Twitter si « quelqu'un a consulté la police avant de concevoir et de fabriquer les nouvelles plaques d'immatriculation de l'Ontario ».

Dans une vidéo diffusée sur Twitter, un automobiliste montre une voiture munie d'une ancienne plaque parfaitement lisible garée à côté d'un autre véhicule dont la nouvelle plaque est floue, à moins d'être tout près de la voiture.

Pour Brian Patterson, de l'organisme Ontario Safety League, il est essentiel que les plaques soient lisibles, même lorsque la luminosité est faible.

Si j'appelle la police pour signaler un conducteur en état d'ébriété, je dois pouvoir lire le numéro d'immatriculation. Sinon, ça pourrait dissuader le public de contacter les policiers à ce sujet.

Brian Patterson, président de la Ontario Safety League

Le chef intérimaire des libéraux John Fraser affirme, lui, que la décision du gouvernement de changer les plaques d'immatriculation a été « mal pensée et prise trop rapidement ».

Les nouvelles plaques sont offertes depuis le 1er février.

Les plaques ont été testées, selon le gouvernement

Le gouvernement Ford assure, pour sa part, qu'il a consulté nombre d'intervenants, y compris les corps policiers, avant de lancer les nouvelles plaques.

Cela dit, un porte-parole du ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs dit être « au courant » des préoccupations exprimées par certains Ontariens. Nous prenons ces commentaires au sérieux, affirme le Ministère, qui dit être en train d'évaluer la situation.

Avis aux automobilistes qui pensaient circuler sans payer sur l'autoroute 407 dans le Grand Toronto : les caméras de l'autoroute à péage peuvent lire les nouvelles plaques tant de jour que de nuit.

La sécurité des Ontariens à risque, selon le NPD

Selon la porte-parole aux transports du Nouveau Parti démocratique Jennifer French, les problèmes de visibilité des nouvelles plaques pourraient avoir un impact, notamment pour tenter de signaler la présence d'un conducteur dangereux ou en état d'ébriété ou pour identifier un véhicule lors d'une alerte Amber.

Elle affirme que le projet de nouvelles plaques d'immatriculation, en plus d'être un gaspillage de fonds public, devient aussi un danger sérieux pour la sécurité.

Le NPD déplore aussi la destruction annoncée des anciennes plaques d'immatriculation blanches, qui devraient retourner chez le fabricant pour y être détruites. Celles-ci auraient pu servir de plan de rechange, selon Jennifer French.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale