•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dirigeants d’OC Transpo refusent de participer au Défi du transport en commun à Ottawa

Un homme assis dans le train

Les organisateurs du Défi ont invité cette année les patrons d'OC Transpo à participer (archives).

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Radio-Canada

Deux des têtes dirigeantes d’OC Transpo, John Manconi et Troy Charter, ont refusé de prendre part au Défi du transport en commun à Ottawa, une initiative citoyenne visant à sensibiliser les dirigeants municipaux aux enjeux quotidiens des utilisateurs moyens.

Normalement, le Groupe des usagers du transport en commun d’Ottawa convie les conseillers municipaux et le maire à utiliser l’autobus — et maintenant le train léger — pour tous leurs déplacements pendant une semaine.

M. Manconi s'adresse aux membres de la Commission.

Le directeur général d'OC Transpo, John Manconi (archives).

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Devant les nombreux problèmes auxquels OC Transpo a dû faire face dans la dernière année, l’organisme citoyen a décidé de lancer le défi à Troy Charter et à John Manconi, respectivement directeur des opérations et directeur général du transporteur public.

Troy Charter.

Troy Charter est le directeur des opérations d'OC Transpo.

Photo : Radio-Canada / CBC/Matthew Kupfer

Ces derniers, tout comme le maire Jim Watson et le directeur général de la Ville d’Ottawa, Steve Kanellakos, ont cependant refusé de se prêter au jeu.

Malheureusement, j’ai un horaire un peu difficile. Par exemple, demain [mardi] matin, j’ai une réunion à Carp [ouest d'Ottawa]. Il n’y a pas de service d’OC Transo à Carp, s’est défendu M. Watson en précisant qu’il utilisait à l’occasion le transport en commun.

Une quinzaine de conseillers au rendez-vous

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, a reconnu que l’horaire et les tâches d’un élu municipal sont effectivement atypiques, mais ces enjeux ne l’empêcheront pas de prendre le transport en commun jusqu’à la fin du Défi le 23 février prochain.

Nos heures sont tellement allongées qu’on ne vit pas les heures de pointe comme les gens au quotidien. Cette semaine, pour le Défi du transport en commun, je prends l’occasion vraiment de vivre la vie de quelqu’un qui prend l’autobus entre 7 h et 8 h, a-t-il souligné.

La participation au Défi est cependant moins grande cette année, avec deux conseillers de moins qui vont y participer. Au total, 15 élus ont accepté de se prêter au jeu, 4 ont refusé et 3 sont absents cette semaine.

Conseiller municipal du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, estime qu’il habite dans un secteur bien desservi par OC Transpo. Il souhaite néanmoins que l'expérience ouvre les yeux de certains de ses collègues qui n'utilisent pas le réseau.

J’espère qu’ils vont découvrir que les autobus sont en retard, qu’ils ne sont pas fiables, que c’est très long les prendre avec tous les transferts, a-t-il expliqué, soulignant au passage que d’après son expérience, les déplacements sont plus longs qu’avant l’implantation du train léger.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun