•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles talmudiques outillent adéquatement les jeunes, selon un leader hassidique

Abraham Ekstein.

Abraham Ekstein s'est fait connaître lors d'un bras de fer juridique et médiatique l'opposant à l'arrondissement d'Outremont, en 2016, à propos de l'interdiction des lieux de culte sur les artères commerciales.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Le président de l'Association hassidique juive pour l'enseignement à la maison a soutenu lundi en Cour supérieure que l'éducation talmudique rigoureuse offerte par la communauté hassidique préparait les élèves à toutes les carrières possibles.

Abraham Ekstein témoigne dans le recours intenté par Yochonon Lowen et Clara Wasserstein, deux anciens membres de la communauté juive ultra-orthodoxe de Boisbriand. Les plaignants soutiennent que le gouvernement du Québec et plusieurs écoles hassidiques ne leur ont pas assuré une éducation appropriée, en violation de la Loi sur l'instruction publique.

M. Lowen et Mme Wasserstein, un couple marié dans la quarantaine, soutiennent que les écoles juives privées gérées par la communauté Tash à Boisbriand, au nord de Montréal, ne les ont nullement préparés à la vie dans le monde extérieur.

M. Ekstein a allégué lundi que, pour un jeune homme qui achève son éducation talmudique, rien ne l'empêche d'apprendre [ensuite] toutes les autres choses qu'il veut dans sa vie. Il a expliqué que la communauté hassidique au Québec enseigne aux enfants à être analytiques et à penser logiquement, des compétences qui, selon lui, sont essentielles pour pratiquer à peu près n'importe quel métier. Mais en contre-interrogatoire, il a admis que l'enseignement talmudique était exclusivement réservé aux garçons.

Je ne peux pas dire quelles sont les raisons de Dieu pour lesquelles c'est mieux ainsi, a déclaré M. Ekstein devant le juge Martin Castonguay.

Il a par ailleurs affirmé qu'en vertu de règles plus strictes adoptées plus tard, les membres des communautés juives ultra-orthodoxes au Québec doivent désormais inscrire leurs enfants comme élèves à la maison, et l'enseignement qu'ils reçoivent est surveillé par le ministère de l'Éducation.

Le couple Lowen-Wasserstein, qui a quitté la communauté hassidique Tash en 2010, ne réclame pas de dommages et intérêts. L'homme et la femme veulent toutefois éviter que des générations futures d'enfants subissent ce qu'ils ont subi. Ils demandent un jugement déclaratoire selon lequel le gouvernement du Québec et les écoles hassidiques violent les droits des enfants en matière d'instruction.

Une autre vision de l'éducation

M. Ekstein, un juif hassidique âgé de 41 ans, a été appelé comme seul témoin de l'avocat David Banon, qui représente les écoles hassidiques de Boisbriand. Les avocats du gouvernement du Québec ont achevé leurs plaidoiries jeudi. Me Banon n'a appelé aucun témoin de la communauté Tash.

Abraham Ekstein dirige l'Association hassidique juive pour l'enseignement à la maison, qui agit comme intermédiaire entre le gouvernement du Québec et la communauté juive ultra-orthodoxe en matière d'éducation.

Il a déclaré que la communauté hassidique de Montréal à laquelle il appartient, composée de 600 à 700 familles, partage les mêmes valeurs que les juifs ultra-orthodoxes de Boisbriand. Dans ces communautés religieuses, a-t-il dit, le fait d'obtenir un titre professionnel n'a pas la même valeur que pour les non-juifs.

Le meilleur statut, c'est de devenir un érudit de la Torah, a-t-il expliqué, en faisant référence au livre sacré des juifs. C'est ce que je veux pour moi-même et pour mes enfants.

Yochonon Lowen avait précédemment déclaré que, lorsqu'il a quitté la communauté Tash il y a dix ans, il parlait à peine anglais et pas du tout français, n'avait jamais entendu les mots science ou géographie et n'avait jamais parlé à une femme qui n'était pas membre de sa famille.

Entente avec la commission scolaire

Marie-Josée Bernier, de la Direction de la protection de la jeunesse, a affirmé au tribunal la semaine dernière que l'enseignement prodigué à 320 garçons de la communauté hassidique de Boisbriand avait été évalué en 2014. Or, cette évaluation a révélé chez 280 garçons des lacunes en lecture et écriture, que ce soit en anglais ou en français, ainsi qu'en mathématiques de base. Elle a déclaré au tribunal que les connaissances de nombreux garçons étaient inférieures au minimum de ce qui était nécessaire pour être fonctionnel et autonome dans la société québécoise.

Mme Bernier a admis que la situation s'était nettement améliorée après que les familles ont conclu une entente avec la commission scolaire. En 2017, le niveau d'instruction de moins d'une centaine de garçons était resté inférieur à celui des autres de leur âge.

L'avocat de M. Lowen et de Mme Wasserstein, Bruce Johnson, a mis en doute la pertinence d'une grande partie du témoignage de M. Ekstein, en soulignant qu'il n'appartenait pas à la communauté Tash. Il a aussi relevé que des témoins potentiels n'étaient pas disponibles pour être contre-interrogés.

C'est comme s'ils avaient fait venir un lobbyiste en cour pour témoigner, a dit Me Johnson, en relevant que la communauté Tash avait appelé M. Ekstein à la barre, mais n'avait présenté aucun témoin issu de ses rangs.

Le procès doit se poursuivre mercredi avec les plaidoiries finales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Éducation