•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dwight Ball quittera son poste de premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Dwight Ball à son bureau devant des drapeaux.

Dwight Ball a annoncé sa décision dans une vidéo le 17 février 2020.

Photo : Bureau du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Radio-Canada

Dwight Ball annonce lundi soir qu’il va quitter son poste de premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador.

Cet après-midi, j’ai demandé au président du Parti libéral de lancer une course à la direction le plus tôt possible, précise-t-il dans la vidéo annonçant sa décision.

Dwight Ball dit qu’il continuera à représenter sa circonscription de Humber–Gros Morne jusqu’à la prochaine élection, mais qu’il cédera bientôt les rênes du pouvoir comme premier ministre.

Je vais m’assurer que notre gouvernement continue sa préparation du budget 2020 pour qu’un nouveau chef puisse y poser son empreinte, et je continuerai de travailler avec nos partenaires fédéraux pour atténuer complètement les coûts de Muskrat Falls. C’est ma priorité dans les prochaines semaines, déclare le premier ministre, évoquant les importants dépassements de coûts du mégaprojet hydroélectrique de la province.

Le président du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, John Allan, a indiqué que la formation politique annoncerait mardi quand et comment elle entend désigner un successeur au premier ministre.

Après plus d’une décennie d’une exigeante vie politique, dont huit ans comme chef libéral et dans ma cinquième année comme premier ministre, je sais que mon rôle est maintenant celui d’agent de renouveau, dit M. Ball. Il est temps pour moi de passer plus de temps avec ma famille et mes amis à Deer Lake, et d'avoir une vie plus privée.

Le poids de Muskrat Falls et des semaines de controverses

Comme premier ministre, le défi principal de Dwight Ball a sans aucun doute été le désastre financier du mégaprojet hydroélectrique Muskrat Falls, dont il a hérité de ses prédécesseurs. La plus récente évaluation des coûts du projet, faite en juin 2017, chiffre ceux-ci à 13 milliards de dollars.

Il y a une semaine, le premier ministre Ball annonçait qu’une entente, dont les détails restent à finaliser, avait été conclue avec le gouvernement fédéral pour une restructuration financière de certains éléments du projet de Muskrat Falls. L’intervention du fédéral, selon lui, était nécessaire pour éviter que la facture d’électricité des Terre-Neuviens-et-Labradoriens n’augmente de 75 %.

Les libéraux de Dwight Ball sont par ailleurs la cible des critiques de l’opposition, qui accuse le gouvernement de nominations partisanes. Deux dossiers, en particulier, plongent le gouvernement dans l’embarras.

Portrait de Dwight Ball, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador.

Dwight Ball est à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis 2019.

Photo : presse canadienne / Sean Kilpatrick

Une ancienne employée du Cabinet libéral, Carla Foote, a récemment dû démissionner d’un poste rémunéré à plus de 120 000 $ par année qu’elle avait obtenu au musée provincial The Rooms. L’an dernier, une compagnie basée en Écosse et codirigée par un ancien ministre adjoint des Ressources naturelles, Gordon McIntosh, a obtenu un contrat de 350 000 $ avec Nalcor Energy, une société d’État.

Ce genre de scandales explique l’annonce faite lundi par Dwight Ball, affirme Ches Crosbie, le chef de l’opposition officielle et chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador.

Je suis certain que ce sont des facteurs, a-t-il dit, ajoutant qu’à son avis, la récente annonce sur Muskrat Falls a été la goutte qui a fait déborder le vase pour les membres du caucus de M. Ball et le reste de son parti. L’annonce de la semaine dernière est horriblement tombée à plat. C’était embarrassant, déclare M. Crosbie.

C’est un mauvais moment pour avoir un “canard boiteux” comme premier ministre, quelqu’un qui n’a pas la pleine autorité morale pour gouverner, affirme Ches Crosbie, qui souhaite que le Parti libéral désigne rapidement un successeur à Dwight Ball.

Ches Crosbie, mécontent au micro, lors de son discours à la suite des résultats des élections à Terre-Neuve-et-Labrador.

Ches Crosbie, chef de l'opposition à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada

La cheffe du Nouveau Parti démocratique (NPD) de Terre-Neuve-et-Labrador, Alison Coffin, dit quant à elle que le départ en tant que tel de Dwight Ball ne la surprend pas. Qualifiant le climat politique actuel de très chaotique, elle s’est néanmoins avouée un peu étonnée du moment choisi pour faire cette annonce.

Il mérite les félicitations des citoyens de Terre-Neuve-et-Labrador pour son engagement public, remarque néanmoins M. Crosbie.

Le 13e premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Dwight Ball entouré de partisans le soir des élections.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dwight Ball célèbre son élection comme premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, le 30 novembre 2015 à Corner Brook.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Devenu chef intérimaire du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador le 3 janvier 2012 après la démission de son prédécesseur Kevin Aylward, Dwight Ball se porte candidat à la course à la direction du parti. M. Ball remporte cette course à cinq candidats et est élu chef des libéraux en novembre 2013.

Chef de l’opposition de 2013 à 2015, à l’exception de la période où il se retire de ce rôle pour participer à la course à la direction du parti, Dwight Ball est élu premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador lors de l’élection générale du 30 novembre 2015. Les libéraux remportent alors 31 des 40 sièges à l’Assemblée législative et il devient 13e premier ministre de la province.

Le 16 mai 2019, Dwight Ball mène son parti à une courte victoire. Les libéraux obtiennent un second mandat, mais ils sont cette fois minoritaires, avec 20 députés élus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !