•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une 3e manifestation en appui aux chefs héréditaires wet’suwet’en en 3 semaines à Ottawa

Des manifestants marchant derrière une bannière sur la rue Wellington, à Ottawa, en hiver.

Les centaines de manifestants réunis le 17 février 2020 ont bloqué la rue Wellington, au centre-ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Dominique Degré

Pour la troisième fois en autant de semaines, des manifestants se sont rassemblés à Ottawa pour démontrer leur appui aux chefs héréditaires wet’suwet’en de la Colombie-Britannique.

Des centaines de manifestants de tous âges, tant autochtones qu’allochtones, s’étaient donné rendez-vous au parc de la Confédération, au centre-ville d’Ottawa. Ils y sont restés le temps de quelques brèves allocutions et de chants traditionnels avant de se diriger vers le marché By.

Une centaines de personnes rassemblées à Ottawa.

Les manifestants réunis au parc de la Confédération le 17 février 2020 s'opposent à la construction du projet Coastal GasLink.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Leur destination finale était cependant le bureau du premier ministre, rue Wellington, endroit où se sont aussi déroulées les manifestations des 7 et 12 février. Lors de cette dernière, les protestataires avaient paralysé l’artère en pleine heure de pointe.

Le cortège rassemblé lundi a répété l'exercice en s'immobilisant cette fois tout près du bureau du premier ministre.

Justin Trudeau y tenait d'ailleurs une réunion d'urgence avec des membres de son cabinet pour trouver des solutions aux blocages ferroviaires en appui aux chefs héréditaires wet’suwet’en qui ont forcé l'arrêt du trafic ferroviaire dans l'est du pays depuis plusieurs jours.

Justin Trudeau descend des escaliers entouré de journalistes.

Justin Trudeau s'est fait avare de commentaires à la sortie de la rencontre de travail qu'il a eue avec ses ministres le 17 février.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Société de transport de l’Outaouais (STO) a précisé sur Twitter, ce lundi, que des détours étaient en cours dans les deux directions pour une durée indéterminée. Les autobus ne s'arrêtent pas sur la rue Rideau.

Les autobus d'OC Transpo ne passent pas non plus sur la rue Rideau. Ils doivent faire un détour par le pont Mackenzie King.

Mobilisation grandissante

Si les manifestations se multiplient d'un océan à l'autre depuis les dernières semaines, la mobilisation contre le projet de gazoduc Coastal GasLink ne date pas d'hier.

Ça fait longtemps qu’il y a des efforts de solidarité avec les gens de la nation wet'suwet'en à Ottawa. Je manifestais déjà l'an dernier, a relaté Myriah Graham, une manifestante autochtone d'Ottawa, en faisant allusion au campement érigé par des membres de la Première Nation des Wet'suwet’en sur le chantier du gazoduc en janvier 2019.

Tout comme cette année, la Gendarmerie royale du Canada avait alors procédé à plusieurs arrestations en tentant de démanteler le camp.

Des membres de la Première Nation des Wet'suwet'en et des policiers sont face à face au campement anti-oléoduc.

Des membres de la Première Nation des Wet'suwet'en et des policiers au campement anti-oléoduc dans le nord de la Colombie-Britannique en 2019 (archives).

Photo : Radio-Canada / Chantelle Bellerichard

Les changements climatiques sont un sujet dont on parle de plus en plus, a-t-elle avancé pour expliquer la mobilisation grandissante partout au Canada. Les gens commencent à se demander pourquoi le gouvernement du Canada opprime les Autochtones sur leurs propres terres.

Des manifestations se sont aussi organisées ailleurs en Ontario, notamment à Toronto et sur le pont des Mille-Îles dans l'Est de l'Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Autochtones