•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hockey mom… de sports électroniques

La mère du joueur de Rainbow Six Siege, Troy Jaroslawski, lui parle après sa victoire. Il couvre ses yeux avec sa main parce qu'il pleure.

Troy « Canadian » Jaroslawski et son équipe, Spacestation Gaming, ont remporté le Six Invitational, le championnat mondial du jeu « Rainbow Six Siege », à la Place Bell de Laval, dimanche.

Photo : Radio-Canada / Nicholas De Rosa

Nicholas De Rosa

C’est devant la foule en délire de la Place Bell de Laval que l’équipe de Spacestation Gaming a remporté le championnat mondial de Rainbow Six Siege, dimanche soir, les équipiers se partageant un prix de 1 million de dollars. Il s'agit d'une remontée aussi exaltante qu’inattendue pour l’équipe, qui se faisait écraser par ses adversaires en début de partie. Et juste après avoir soulevé le trophée de la victoire, son joueur Troy « Canadian » Jaroslawski a enlacé sa plus grande partisane : sa mère, Adrienne.

Ce ne serait pas peu dire qu’il s’agissait d’un moment fort en émotions. Pour Canadian (oui, son surnom est tout simplement sa nationalité), il s’agissait d’une première victoire à un tournoi de ce calibre depuis 2017. De plus, cette compétition, qui a eu lieu il y a trois ans, était l’une des seules auxquelles sa mère, qui le suit presque partout, n’a pas assisté.

Elle m’a dit tellement de fois qu’elle croyait être mon porte-malheur, confie Troy Jaroslawski après sa victoire historique. C’était beau de pouvoir gagner devant elle. La seconde que je l’ai vue après le match, qu’elle m’a dit à quel point elle était fière de moi et qu’elle m’a serré, j’ai senti les larmes monter et j’ai pleuré.

Canadian n’était pas le seul à avoir la larme à l’œil, dimanche. Dans les derniers moments du match décisif, Adrienne Jaroslawski était debout, dans les estrades, entourée par 4500 autres personnes venues voir leurs cyberathlètes préférés. Visiblement nerveuse, elle couvrait sa bouche avec ses mains, jusqu’à ce que la partie se termine et que la foule explose de joie.

Adrienne Jaroslawski sèche ses larmes dans les estrades de la Place Bell.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La victoire de Spacestation Gaming était un moment fort en émotions pour Adrienne Jaroslawski.

Photo : Radio-Canada / Nicholas De Rosa

J’ai essayé de me retenir, mais je ne pouvais pas. J’ai pleuré. Je suis tellement fière de lui.

De hockey mom à esports mom

Avant de devenir l’un des joueurs professionnels les plus connus de Rainbow Six Siege, le Canadien de 23 ans jouait au hockey dans une ligue élite en Ontario. Le soutien inconditionnel d’Adrienne lors de compétitions importantes ne date donc pas d’hier.

J’étais une hockey mom, se rappelle Adrienne. J’étais là pour les pratiques et les matchs, peu importe l’heure. Je voulais toujours être là pour l’encourager.

Adrienne Jaroslawski dans les estrades de la Place Bell. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Adrienne Jaroslawski porte le chandail de l'équipe de son fils, Spacestation Gaming.

Photo : Radio-Canada / Nicholas De Rosa

Toutefois, vers la fin de son adolescence, Troy a souffert de multiples commotions cérébrales et s’est vu obligé de laisser tomber son rêve d’un jour devenir un joueur de hockey professionnel. S’il avait fait une croix sur ce sport, l’esprit de compétition bouillonnait toujours en lui. C’est donc à la sortie de Rainbow Six Siege, en 2015, qu’il a décidé de prendre le jeu vidéo au sérieux.

Il me disait qu’il pensait avoir ce qu’il fallait pour devenir pro. Je le voyais aller, je voyais que ça le rendait heureux, et tout ce que je pouvais faire était le soutenir là-dedans, raconte Adrienne.

Troy «Canadian» Jaroslawski crie en jouant à Rainbow Six Siege. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Troy «Canadian» Jaroslawski est l'un des joueurs professionnels les plus émotifs de Rainbow Six Siege.

Photo : Peter Chau

Bien qu’elle avait certaines craintes quant au potentiel d’une carrière en sport électronique, celles-ci se sont rapidement estompées quand la ligue compétitive de Siege a été lancée en 2016 et que Troy s’est joint à une équipe professionnelle. Avec la diffusion en direct [streaming] et les compétitions, j’ai vu qu’il était capable de gagner sa vie et j’ai arrêté de le questionner là-dessus. Et le jour où il est venu me voir pour me dire qu’il avait une compétition en Pologne, j’ai compris que [le sport électronique] était quelque chose de sérieux, se remémore-t-elle.

Partisane dévouée

Canadian habite aujourd’hui avec ses coéquipiers de Spacestation Gaming aux États-Unis, mais les premières années de sa carrière d’athlète électronique, il les a vécues chez sa mère.

Au début, je n’étais vraiment pas sûre si c’était une bonne idée pour moi d’aller voir ses compétitions. Je me demandais si c’était bizarre, d’aller voir ses enfants jouer. Je ne voulais pas le gêner. Mais quand j’ai vu qu’il a gagné son premier tournoi, je me suis fait un devoir d’aller l’encourager, dit Adrienne Jaroslawski.

Au cours des trois années qui ont suivi, elle n’a jamais regardé en arrière, allant à autant de compétitions que possible. Elle n’a manqué qu’un seul tournoi, en 2019.

Adrienne Jaroslawski crie de joie dans les estrades.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Adrienne Jaroslawski n'a manqué qu’un seul tournoi de son fils, en 2019.

Photo : Radio-Canada / Nicholas De Rosa

Des fois d’autres mères sont là, des fois non. Je trouve ça vraiment excitant de regarder des parties du jeu, même si je ne comprends pas toujours tout ce qui se passe. C’est vraiment compliqué et je suis toujours étonnée de voir à quel point les joueurs connaissent tout sur les différents personnages et réagissent aussi vite aux décisions des adversaires. Ça demande un effort mental incroyable, songe-t-elle avec fierté.

Adrienne assume aujourd’hui un rôle d’agente informelle pour son fils, qui la consulte pour plusieurs de ses décisions professionnelles, comme lorsqu’il est question de clauses contractuelles. Toutefois, pas question d’entrer dans sa bulle quand vient le temps de jouer : Je lui souhaite bonne chance par texto et c’est tout. Il fait ce qu’il a à faire avec son équipe et je le regarde travailler sans le déranger, parce qu’après tout, c’est son travail.

Défaire les préjugés

Lorsqu’on lui demande ce qui la surprend le plus du monde du sport électronique, Adrienne Jarolawski répond sans hésiter que c’est sa croissance fulgurante.

Même si on compare juste la compétition de cette année à celle de l’an dernier, c’est fou. Les cagnottes sont rendues dans les millions de dollars et tout arrive tellement vite.

Troy «Canadian» Jaroslawski tient un drapeau du Canada. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Troy «Canadian» Jaroslawski est le joueur professionnel canadien le mieux connu de Rainbow Six Siege.

Photo : Peter Chau

Cependant, la perception publique de cette discipline reste encore selon elle trop négative.

On sent un changement dans les dernières années. Je vois que les parents ici soutiennent de plus en plus leurs enfants, mais quand je parle du travail de Troy à d’autres gens, ils ont du mal à me croire et me disent souvent qu’ils ne voudraient pas que leur enfant fasse ça. J’essaie de leur expliquer que c’est la même chose qu’être athlète dans la Ligue nationale de hockey (LNH), avec des équipes, des contrats et tout ça, mais ce n’est pas tout le monde qui comprend. Je pense que c’est générationnel, songe-t-elle.

Adrienne Jarolawski n’a d’ailleurs aucune inquiétude quant à l’avenir de son fils. Au moment où les athlètes électroniques prennent leur retraite, le plus souvent dans la trentaine, ils ont eu l’occasion de tisser des liens avec les gens du milieu, et d’autres occasions d’emploi s’offrent à eux, croit-elle.

D’ici là, elle sera présente autant que possible pour encourager Troy lors de ses compétitions.

Quand je ne joue pas, je suis une personne très réservée, dit le champion du monde. Je m’ouvre assez peu aux gens, mais ma mère a toujours été la personne à qui je me confie. Elle est incroyablement importante pour moi. Elle est mon système de soutien numéro un.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux vidéo

Techno