•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée parlementaire à Queen's Park sur fond de conflit en éducation

Un homme parle devant un micro.

Doug Ford a affirmé qu'il soutenait les enseignants qui s’occupent des élèves, mais qu’il ne restera pas toujours patient envers les chefs des syndicats (archives).

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Mathieu Simard

Les députés ontariens rentrent au boulot mardi avec plus de dossiers chauds qu'il n'en faut pour animer les débats à l'Assemblée législative.

Un conflit de travail qui s'étire, l'élection prochaine d'un nouveau rival libéral ainsi qu'un deuxième exercice budgétaire périlleux marqueront les travaux parlementaires qui reprennent aujourd'hui à Queen's Park.

Voici en résumé les dossiers qui devraient retenir l'attention en politique ontarienne au cours des 16 prochaines semaines.

Grève des enseignants : à quand une sortie de crise?

Près de 200 000 enseignants participeront à des piquets de grève ce vendredi. Quelque deux millions d'élèves seront privés de cours. Un grand coup d'éclat, dès la première semaine de la reprise des travaux, pour rappeler aux députés que les négociations piétinent entre les syndicats et le gouvernement.

Des différends importants persistent à la table des négociations et aucune partie ne semble disposée aux compromis. Les syndicats contestent par exemple le plafonnement des augmentations salariales imposé à tous les employés de la fonction publique. Le dossier est devant les tribunaux.

Des enseignants en grève dehors avec des pancartes.

Les enseignants francophones feront partie des syndiqués en grève vendredi (archives).

Photo : Radio-Canada / Thilelli Chouikrat

Un budget austère, mais à quel point?

Le gouvernement Ford le dit et le répète : il garde le cap vers le retour à l'équilibre budgétaire. Or, la tâche n'est pas mince avec un déficit de 9 milliards de dollars.

Il faudra trouver de nouvelles économies sans pour autant s'attirer les foudres du public, d'autant que le premier budget du gouvernement Ford avait reçu un accueil désastreux. Un exercice de communication raté pour les progressistes-conservateurs, qui avaient dû justifier leurs compressions pendant plusieurs semaines.

Le premier ministre a d'ailleurs profité de son dernier remaniement ministériel pour nommer un nouveau ministre des Finances. Rod Phillips, un politicien d'expérience, doit déposer son budget en mars. Aura-t-il appris des erreurs de son prédécesseur Vic Fedeli? Chose certaine, son budget sera scruté à la loupe.

Un homme sur une estrade.

Rod Phillips est actuellement ministre des Finances de l'Ontario (archives).

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Qui succédera à Kathleen Wynne?

Les libéraux sont sans chef depuis leur cuisante défaite au dernier scrutin provincial. Les militants se choisiront finalement un chef au début mars.

Les conservateurs de Doug Ford devront alors composer avec un nouveau rival libéral et adapter leur stratégie selon le candidat qui sera élu chef.

Les sondages favorables aux libéraux se sont multipliés dans les derniers mois. Certains coups de sonde placent le parti en meilleure posture que le gouvernement Ford.

Six personnes assises derrière une table lors d'un débat.

Les six candidats à la chefferie du Parti libéral de l'Ontario ont notamment croisé le fer lors d'un débat à Sudbury (archives).

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Du cannabis partout en Ontario

Le gouvernement ontarien avait opté pour la prudence après la légalisation du cannabis au Canada. Or, voilà qu'il s'apprête à libéraliser le marché en autorisant l'ouverture d'un nombre illimité de points de vente.

Dès avril, le gouvernement délivrera les permis d'exploitation à un rythme initial d'environ 20 par mois. C'est la fin du système de loterie, jugé désuet par plusieurs. Les exigences seront aussi moins strictes pour les futurs détaillants.

La nouvelle approche des progressistes-conservateurs devrait changer le visage de l'industrie du cannabis dans la province, ce qui inquiète les partis d'opposition à Queen's Park. De plus, le gouvernement songe à permettre l’ouverture de salons et de cafés où il sera permis de consommer du cannabis.

Avec tous ces changements, la vente du cannabis fera assurément surface à la période des questions.

Une boutique de cannabis à Toronto.

Une succursale de Nova cannabis sur la rue Queen à Toronto (archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Beaudry

Du pain sur la planche

Doug Ford a d'autres grands chantiers ambitieux qui sont en cours d'exécution, dont on attend des nouvelles prochainement.

Il serait par exemple difficile pour le premier ministre d'abandonner sa promesse d'offrir de la bière dans les dépanneurs. Le prolongement du métro de Toronto, le réaménagement de la Place de l'Ontario, la contestation en cour de la taxe sur le carbone ou encore la réforme du système de santé devraient aussi retenir l'attention.

Beaucoup de travail à l'horizon pour Doug Ford et son équipe, alors qu'ils arrivent à mi-mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique