•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transaction Bombardier-Alstom : l'Ontario est optimiste

Des gens assis et debout dans un wagon de métro.

L'usine de Thunder Bay emploie environ 450 personnes, mais peut accueillir environ 1400 employés, selon le président de la section locale 1075 d’Unifor, Dominic Pasqualino.

Photo : Bombardier

Radio-Canada

Les réactions ontariennes à la vente de la division ferroviaire de Bombardier à Alstom sont plutôt positives.

Le syndicat des employés de l'usine Bombardier de Thunder Bay, notamment, perçoit la transaction de façon favorable.

On a hâte de voir ce qu'Alstom peut nous apporter, explique le président de la section locale 1075 d’Unifor, Dominic Pasqualino, qui se montre toutefois prudent.

La manière dont Alstom compte intégrer notre usine reste à voir.

Dominic Pasqualino, président de la section locale 1075 d’Unifor

Il y a encore plusieurs choses qui doivent arriver [avant que la transaction n'ait une incidence sur les travailleurs]... mais à ce moment-ci, on continue, on fait de notre mieux et on honore les commandes que l'on a déjà, ajoute M. Pasqualino.

Le président du syndicat souligne que, sans nouveaux contrats, les employés seront sans emploi d'ici un an. Avec un peu de chance, nous aurons plus de contrats avec ce nouveau propriétaire, dit-il.

Le ministère du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce, quant à lui, a déclaré par écrit à Radio-Canada que Bombardier tient un rôle important dans l'industrie manufacturière de la province et nous apprécions son importance pour l'économie de nombreuses régions de la province.

Nous continuerons à surveiller les projets de l'entreprise et tout impact potentiel sur le secteur manufacturier de l'Ontario. Pour l'instant, de ce que nous comprenons, l'entreprise n'a pas signalé d'impact immédiat sur son empreinte en Ontario, ajoute le porte-parole du ministère.

L'expertise de l'usine de Thunder Bay

Bill Mauro, maire de la ville de Thunder Bay, n'est pas plus inquiété que ça par la récente acquisition.

À chaque changement de propriétaire, Thunder Bay a réussi à garder son empreinte en termes de production. Ce qui est dû, selon lui, en grande partie à la réputation de l'usine locale de produire des véhicules de grande qualité qui sont exportés à travers le monde.

Un avis partagé par Denis Allard, président et fondateur du Fonds mondial du patrimoine ferroviaire, qui souligne aussi l'expertise de l'usine nord-ontarienne par rapport aux besoins de la province.

Les produits qui sont manufacturés par cette usine ont un créneau particulier, propre aux besoins de l’Ontario.

Denis Allard, président et fondateur du Fonds mondial du patrimoine ferroviaire

Le fait de sa proximité physique avec la grande région de Toronto fait aussi en sorte que l'usine nord-ontarienne restera un choix compétitif en matière de prix : C’est pas pratique dans le cas de Toronto de commander du matériel roulant de l’autre côté de l’Atlantique ou du Pacifique, puis de l’amener jusqu’à Toronto.

Selon lui, la CTT, GO Transit et Metrolinx continueront de faire affaire avec l’usine de Thunder Bay, quoi qu'il en soit.

Nous ne prévoyons pas que la vente aura un impact sur nos activités, a en effet confirmé par écrit une porte-parole de la CTT à Radio-Canada. Nous nous attendons à ce que tous les engagements de garantie et de réparation majeure liés aux nouveaux tramways seront respectés.

Même chose du côté de Metrolinx, qui affirme que l'entreprise a une longue histoire avec Bombardier et que, selon les premières indications de Bombardier, Metrolinx devrait continuer à fonctionner normalement au cours des prochains mois.

Metrolinx souligne avoir actuellement des contrats avec Bombardier et Alstom.

Le montant de la vente de la filiale Transport de la québécoise Bombardier à Alstom s'élève à 8,2 milliards de dollars américains.

En novembre dernier, Bombardier a mis à pied près de 500 travailleurs de l'usine.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !