•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'envoi du marathon parlementaire sur les retraites en France

Jean-Luc Melenchon pointant du doigt.

Le chef de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a promis une bataille dure, implacable et de longue durée.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Reuters

Après des semaines de contestation dans la rue et dix jours de dialogue de sourds en commission spéciale, l'examen du projet de réforme des retraites a débuté lundi à l'Assemblée nationale en France, où la bataille s'annonce féroce au vu des plus de 42 000 amendements déposés par l'opposition.

Donnant un avant-goût des échanges à venir, Olivier Véran, tout juste nommé à la tête du ministère de la Santé en remplacement d'Agnès Buzyn, a été invectivé à plusieurs reprises lors de son discours au palais Bourbon.

L'heure est aujourd'hui à la responsabilité face aux Français, par une discussion qui prendra le temps qu'elle prendra, y compris dans le brouhaha, a dit l'ancien député de La République en marche (LREM) à propos d'un texte qui n'a pu être modifié en commission spéciale faute de temps, face à une avalanche d'amendements.

À ce stade, 15 jours de débats sont prévus pour la première lecture de cette réforme qui se décline en deux projets de loi (organique et ordinaire) et qui prévoit fusionner les 42 régimes de retraite existants en un seul par points.

Le gouvernement, qui défend un système plus juste et plus lisible, table toujours sur un vote en première lecture avant les scrutins des 15 et 22 mars et espère une adoption définitive avant l'été malgré l'obstruction parlementaire de l'opposition.

Une « lutte implacable »

La droite comme la gauche dénoncent depuis des semaines le flou qui entoure selon eux cette réforme et demandent des clarifications – pour l'heure en vain.

À son arrivée à l'Assemblée nationale, le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon – dont le groupe a déposé une grande partie des amendements –, a promis une bataille dure, implacable et de longue durée.

Le régime ne peut espérer d'aucune façon, à aucun moment, aucune sorte d'arrangement avec nous et avec notre famille politique. Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher que cette loi soit adoptée.

Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise (LFI)

Des députés communistes ont, eux, arboré des T-shirts réclamant la tenue d'un référendum sur cette réforme.

Parallèlement au débat parlementaire, les partenaires sociaux devront trouver d'ici fin avril dans le cadre d'une conférence de financement des solutions de rechange à la mise en place d'un âge pivot à 64 ans – solutions à même de garantir l'équilibre financier du système en 2027. La première réunion est prévue mardi.

Dans la rue, les opposants au texte ne désarment pas. Une nouvelle journée de mobilisation était organisée ce lundi dans les transports, où le trafic était perturbé sur certaines lignes de métro, loin du désordre de décembre-janvier.

Des centaines de personnes ont par ailleurs manifesté à Paris contre le projet de réforme des retraites, de l'Opéra à l'Assemblée nationale.

Plusieurs syndicats, dont la Confédération générale du travail (CGT), appellent à défiler jeudi prochain sur le même thème.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Europe

International