•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En coiffure, osez le (virage) vert!

Des salons de coiffure en Outaouais à 95 % écologiques

Grâce à la compagnie Green Circle, les salons de coiffure recyclent 95 % des déchets qu’ils produisent.

Les salons de coiffure tentent de réduire leur empreinte écologique en optant pour des pratiques plus vertes.

Photo : Radio-Canada / Laury Dubé

Les salons de coiffure produisent plus de 20 000 tonnes de déchets chaque année au Canada. Une aberration, selon la compagnie torontoise Les salons Green Circle, qui s’est donné la mission de mettre fin à cette pollution en récupérant les résidus de coiffure et en les transformant en de nouveaux matériaux.

Le pari lancé par le fondateur Shane Price ne manquait pas d’ambition — convaincre les salons d'être écoresponsables, sachant que l’aventure comporte une part de dépenses, n’est pas une mince affaire. Mais 10 ans plus tard, Salons Green Circle peut dire mission accomplie!

Plus de 4000 salons de coiffure au Canada et aux États-Unis, dont une vingtaine à Gatineau et à Ottawa, se sont joints au mouvement. Jusqu’ici, Les salons Green Circle et leurs partenaires ont recyclé plus de six millions de livres de déchets.

Le salon Beauregard sur ma nature est un salon certifié durable.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux têtes derrière le salon vert Beauregard sur ma nature : la propriétaire Roxanne Beauregard (à gauche) et sa complice Bianca Labrecque

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

De Toronto à Chelsea

Chaque fois qu’un client s'assoit sur l’une des chaises du salon de coiffure Beauregard sur ma nature, situé à Chelsea, en Outaouais, il pose un geste écologique.

Ici, on recycle absolument tout!

Roxanne Beauregard, propriétaire du salon Beauregard sur ma nature

On essaie de ne presque rien jeter et de recycler tout ce que l’on utilise dans le salon, indique fièrement la propriétaire, Roxanne Beauregard. On a des bacs à recyclage pour les cheveux, les métaux, le plastique et les produits chimiques.

Les salons de coiffure, ça pollue énormément, rappelle Mme Beauregard. Ça utilise beaucoup de carton, de papier aluminium et de produits chimiques. On s’est dit pourquoi ne pas intégrer [un aspect environnement] dans notre salon.

Le salon Beauregard sur ma nature recycle presque tous ses produits de coiffure.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Beauregard sur ma nature, à Chelsea, est un salon écologique.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Ici, à Chelsea, les gens sont très conscients de leur environnement. Ils vivent dans la nature, observe la propriétaire. Je me suis dit qu’en venant dans notre salon, ça va leur faire du bien de voir qu’on est du même côté qu’eux!

Puisque les résidus de salons de coiffure ne sont pas pris en charge par les services de récupération municipaux, le salon Beauregard sur ma nature les envoie par l'entremise d'UPS à Green Circle, qui leur donne une seconde vie.

Les salons Green Circle

Les salons Green Circle est une compagnie canadienne qui a été fondée en 2009 dans le but de détourner les déchets produits par les salons de coiffure des dépotoirs.

L’industrie de la beauté en Amérique du Nord génère, à elle seule, un demi-million de déchets par jour, précise Mme Laliberté, une représentante de la compagnie qui travaille à Montréal. Ce sont 877 livres de déchets qui vont dans les sites d’enfouissement à la minute.

La liste des déchets récupérés et recyclés par Green Circle :

  • cheveux
  • papiers d’aluminium souillés
  • tubes de couleurs vides
  • cannes d’aérosol
  • restants de coloration
  • produits toxiques
  • papier
  • carton
  • gants en plastique

Les résidus de salon ne se décomposent pas, souligne Mme Laliberté. Étonnamment, c’est aussi le cas des cheveux qui — une fois enfermés dans un sac de poubelle en plastique — produisent du gaz méthane.

L’équipe d’innovation de Green Circle récupère tous ces résidus et les recycle.

Avec les cheveux, on fabrique des boudins, un genre de bas de nylon de six pieds de long. En 2010, quand il y a eu le déversement de pétrole dans le golfe du Mexique, on a envoyé 1000 livres de cheveux pour absorber cette huile dans l’océan, relate Mme Laliberté.

On a aussi d’autres projets d’innovation, poursuit la représentante. Le plus récent, c’est un bioplastique qu’on a réussi à créer avec des bouteilles de plastique et des cheveux pulvérisés. Cette matière-là est en création pour de nouveaux bacs dans nos salons.

Les représentants de la compagnie tentent d’encourager les propriétaires de salon coiffure à être écoresponsables.

On est capables d’aider les salons à prendre un virage à 95 % écologique.

Mylie Laliberté, porte-parole, Salons Green Circle

Quand ils font le programme, ils voient [concrètement] la quantité de déchets qu’ils génèrent dans une journée, poursuit Mylie Laliberté. [Ils ont beau être] un domaine de beauté et d’esthétique, mais malheureusement, l’envers de ça, c’est que c’est hyper polluant.

Karma studio de coiffure a détourné près de 600 livres de déchets des sites d'enfouissement.

La gérante du Karma studio de coiffure, Kathy Soulières, est fière de la certification durable de son studio.

Photo : Radio-Canada

Un salon gatinois écoresponsable

Le salon gatinois Karma studio de coiffure, situé rue Thomas, dans le secteur d'Aylmer, s’est joint au mouvement lancé par Salons Green Circle en septembre 2013, presque au moment où la compagnie torontoise a fait son entrée en scène au Québec.

On a tout de suite embarqué dans le mouvement, on ne voulait pas manquer notre chance de prendre part à ça!

Kathy Soulières, gérante, Karma studio de coiffure

Ça va vraiment avec nos valeurs, explique la propriétaire, Nathalie Proulx. Non seulement Karma le dit dans le nom, on aime redonner aux gens et à la communauté, mais on aime aussi redonner à notre planète.

Un certificat accroché au mur indique qu’en faisant affaire avec Green Circle Karma studio de coiffure a recyclé près de 600 livres de déchets en 2018.

C’est le fun de voir la quantité de cheveux et de produits [que l’on a détournés des sites d’enfouissement], reconnaît la gérante, Kathy Soulières. [En plus], c’est tellement facile à faire, seconde Nathalie Proulx. Ça implique juste d’être organisé.

Karma studio de coiffure est désigné salon écologique depuis 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Karma studio de coiffure est désigné salon écologique depuis 2013.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Allard

Green Circle fournit les boîtes de récupération, mais c’est aux propriétaires de salon de les envoyer aux entrepôts de la compagnie.

Comme n’importe quoi, cela a un coût, mais pour nous c’est tellement peu que ce n’est pas une problématique, avance Nathalie Proulx, qui soutient que ça représente environ un dollar sur la facture par client.

Ça vaut la peine, malgré le coût.

Nathalie Proulx, propriétaire, Karma studio de coiffure

Notre planète, elle vaut bien ça! tranche sa collègue Kathy Soulières.

Avec la collaboration de la journaliste Stéphanie Allard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !