•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réaction des éléphants en présence d'ossements des leurs mieux comprise

Des éléphants inspectent la carcasse d'un bébé mort.

Des éléphants inspectent la carcasse d'un bébé mort.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les documentaires consacrés aux éléphants relatent souvent un comportement particulier : les pachydermes peuvent passer de longues minutes à inspecter les carcasses et les ossements appartenant à des membres disparus de leurs hardes.

Jusqu’à maintenant, les zoologistes pensaient que cet intérêt était uniquement lié aux restes de leurs parents avec lesquels ils avaient vécu.

Les chercheurs américains Shifra Goldenberg et George Wittemyer du Smithsonian Conservation Biology Institute ont analysé 32 observations du phénomène à travers l'Afrique et ont pu identifier certaines tendances.

Selon eux, cet attrait des éléphants pour les carcasses et les ossements de leurs semblables est indépendant de la force de la relation qu’il entretenait avec l'individu décédé.

Le comportement le plus souvent observé des éléphants envers leurs morts consiste à les toucher, à approcher l'animal mort, et à examiner la carcasse.

Shifra Goldenberg, chercheur

Les pachydermes semblaient également utiliser leur odorat pour identifier les individus morts. Certains d’entre eux vocalisaient et tentaient même de soulever ou de tirer les éléphants récemment morts.

Les motivations qui sous-tendent ces comportements sont difficiles à cerner, mais elles pourraient varier selon les circonstances et les individus.

Par exemple, certains éléphants effectuent des visites répétées auprès d’une carcasse en particulier. Des écoulements des glandes temporales ont été observés chez une jeune femelle sur le site de la carcasse de sa mère, et pourraient être associés à une émotion accrue.

Le saviez-vous?

Le nombre d’éléphants d’Afrique est compris entre 420 000 et 650 000, alors qu'il était autour de 20 millions avant la colonisation européenne du continent.

Des liens complexes

Les éléphants nouent des relations durables pendant des décennies. Les individus entretiennent différents types de relations entre eux dans des groupes sociaux qui se divisent et fusionnent au fil du temps.

Cette réalité exige de leur part une bonne capacité à reconnaître et à se souvenir d'un grand nombre d’individus, et demande des capacités cognitives remarquables, une mémoire étendue, et une olfaction très développée.

Voir des éléphants interagir avec leurs morts donne des frissons, car ce comportement indique clairement un sentiment avancé. C'est l'un des nombreux aspects magnifiques des éléphants que nous avons observés, mais que nous ne pouvons pas comprendre entièrement.

George Wittemyer, chercheur

Lorsqu'ils se retrouvent après une séparation, les éléphants se touchent et se sentent pendant de longues minutes, ce qui laisse à penser qu'ils mettent constamment à jour leurs informations sociales et spatiales, explique M. Wittemyer.

Il est possible que le comportement d’un éléphant envers une carcasse serve le même but.

George Wittemyer, chercheur

Les chercheurs espèrent que d’autres études seront menées pour explorer la mémoire des éléphants, mais aussi pour mieux cerner les comportements qu’ils adoptent en présence des restes des leurs.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Primates (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !