•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maisons écologiques coûtent-elles vraiment plus cher ?

Le salon Expo habitat Estrie.

Le 40e salon Expo habitat Estrie propose davantage d'alternatives vertes.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Pour la première fois en près de 40 ans, le Salon Expo habitat Estrie a un kiosque dédié à la transition énergétique. Les organisateurs tentent de déconstruire le mythe qu’une maison verte « coûte plus cher ».

On le sent de plus en plus, les visiteurs qui viennent veulent avoir de l'information sur des produits plus écologiques, on voit que les exposants ont des produits plus écologiques, explique Sylvain Mathieu, le directeur général de l'APCHQ Estrie et de Expo habitat Estrie.

Les autos électriques, les kiosques de transition énergétique sont de plus en plus présents. On sent qu'il y a un engouement pour ça. Les gens veulent diminuer leur trace de carbone, croit-il.

Retour sur l’investissement

Selon Urban Éco, l'isolation avec de la ouate de cellulose, de la fibre de bois ou de la laine de roche fait grimper la facture de 10 à 15%.

Cet investissement-là vient réduire de beaucoup le coût de chauffage avec les coûts électriques actuel, on peut s'attendre à 10 à 15 années avant de rattraper l'investissement de base, fait valoir Étienne Ricard, le directeur conception chez UrbanÉco.

Des propriétaires de Sherbrooke sont convaincus, ils vont prendre la voie verte pour leurs rénovations.

C'est sûr qu'il doit y avoir des trucs plus chers, mais c'est plus durable, c'est un investissement, mais il y a des choses avec la demande qui devraient changer, affirme Annick Gagné.

Un premier kiosque pour le programme Rénoclimat

Pour la première fois en près de 40 ans d'histoire au salon, le gouvernement a son kiosque en transition énergétique pour guider les consommateurs.

Isabelle Richard est devant une affiche indiquant l'aide financière offerte par le programme.

Isabelle Richard est la responsable du programme Rénoclimat.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Tout ce qui peut être fait chez une habitation pour améliorer l'efficacité ça peut être admissible au programme. On parle d'isolation des fondations, du grenier, on parle des remplacements des portes et de fenêtres, ça va jusqu'au système de géothermie, précise Isabelle Richard, la responsable du programme Rénoclimat.

En vertu de ce programme, l’isolation des murs extérieurs peut entraîner une aide financière allant jusqu’à 2440 $, par exemple.

L'an dernier au Québec 66 000 personnes ont fait évaluer la cote énergétique de leur maison et le gouvernement provincial a investi près de 30 millions de dollars dans le programme Rénoclimat. Ces chiffres seront d’ailleurs surpassés cette année.

Même si les épargnes proposées par Rénoclimat sont alléchantes, le processus pour y avoir accès demeure méconnu de plusieurs citoyens.

Ce couple a documenté les rénovations écologiques faites à leur résidence et espérait obtenir de l'aide.

On n’est pas admissible, parce que les révocations ont été commencées et on ne savait pas qu’il fallait les contacter d’abord et qu’ils viennent à la maison, explique la résidente de Hatley Chanel Godbout.

Il y a vraiment un effort à faire de la part des gouvernements pour encourager la construction qui va utiliser moins d'énergie dans sa vie utile, croit Étienne Ricard de conception UrbanÉco.

Par ailleurs, la présence du kiosque en transition énergétique au salon pourrait aider à améliorer la communication avec le public, croit Isabelle Richard de Rénoclimat.

D’après le reportage de Phlippe Grenier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Habitat