•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise ferroviaire : 450 employés du Canadien National mis à pied

Le reportage de Michel Marsolais.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Marguerite Gallorini

Le Canadien National (CN) a dû temporairement renvoyer 450 de ses employés à la suite du blocage de Belleville, en Ontario, qui se poursuit depuis une dizaine de jours.

Les avis de mise à pied ont été envoyés vendredi et sont entrés en vigueur dimanche soir. Les employés seront invités à revenir travailler dès que le blocage sera levé.

Sean Finn, vice-président exécutif des services coopératifs et chef des affaires juridiques du CN, estime que le blocus a un impact pas juste sur le CN, mais sur l’économie canadienne et sur les Canadiens et Canadiennes qui ne travaillent pas juste dans l’industrie ferroviaire, mais également dans les usines et les endroits où les biens sont distribués ou manufacturés.

Il est clair que ça a un impact sur nos employés, explique le porte-parole du CN.

Selon la compagnie ferroviaire, près de 1000 emplois pourraient être touchés par des mises à pied si la situation persiste. À ce jour, l'entreprise a envoyé près de 450 avis de mise à pied, principalement parmi son personnel opérationnel de l’est du Canada.

Un homme pose pour la photo dans un bureau.

Sean Finn est vice-président exécutif des services coopératifs et chef des affaires juridiques du CN.

Photo : Le Canadien National

Dans l’Est du pays, il est clair qu’en ce moment il n’y a pas de trains qui circulent à travers le blocus à Belleville, déplore M. Finn.

Donc, on a dû faire des mises à pied qui impliquent notamment les équipes de trains et les gens qui font l’entretien de la voie, dit-il.

Dans l’Ouest du pays, le CN a pu reprendre tout le réseau avec la fin du blocage entre Prince George et Prince Rupert, et rappeler ses équipes au travail. Ils travaillent très fort en ce moment pour rattraper le retard. Parce qu’un retard de plusieurs jours, ça prend plusieurs semaines à récupérer.

Il estime que les manifestants doivent penser à ces personnes qui sont à la maison et ne peuvent pas travailler à cause de quelque chose qui est hors de leur contrôle.

Des manifestants entre des wagons sur une voie ferrée.

Des manifestants bloquent les trains en solidarité avec la nation Wet'suwet'en (archives).

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

L’impact économique

Le CN transporte des produits d'une valeur d'environ 250 milliards de dollars chaque année. Avec le blocus de Belleville, c’est environ 2 milliards de dollars en valeur de biens qui transitent habituellement vers l’Ouest du pays et les États-Unis qui sont bloqués.

L’enjeu pour lequel ils manifestent ne concerne pas le CN, et encore moins nos employés et nos clients, conclut Sean Finn.

Quant à VIA Rail, la compagnie a indiqué dimanche que 409 trains ont été annulés depuis le début des blocus, affectant plus de 83 000 passagers.

Une version précédente de l'article mentionnait que près de 1000 employés avaient reçu un avis de mise à pied temporaire. Dans une entrevue accordée dimanche après-midi à Radio-Canada, le vice-président exécutif des services coopératifs du CN, estimait à probablement près de 1000, au moins le nombre d'employés renvoyés au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Transports