•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu des ressources pour des parents en deuil d'un bébé

Une femme embrasse un bébé

Marjorie Desrochers embrasse sa fille Ginny, décédée quelques heures après sa naissance.

Photo : Marjorie Desrochers

Radio-Canada

Un couple de Shawinigan déplore le manque de ressources pour les parents qui vivent un deuil périnatal dans leur région. Ils affirment s’être sentis complètement seuls après le décès subit de leur bébé, l’automne dernier.

Ginny Blouin est passé comme une étoile filante dans la vie de ses parents. Marjorie Desrochers lui a donné naissance le 1er octobre dernier. Des complications sont survenues lors de l’accouchement et, en quelques heures, l’état de la petite s’est dégradé.

Après 40 minutes de manoeuvres de réanimation et 3 arrêts cardiorespiratoires, Ginny est décédée, moins de 24 heures après être venue au monde.

On dirait que tout ton monde s'arrête, dit son père, Alexandre Blouin. On dirait que tu es laissé à toi-même.

Un mois s'écoule avant que le couple puisse obtenir du soutien psychologique du CLSC. Or, c’est justement dans ces premiers instants que Marjorie Desrochers aurait eu le plus besoin d’aide.

Au début, je ne voulais même pas sortir dehors parce que les voitures roulaient en avant de moi. Je me rendais compte que le monde continuait de tourner. Moi, mon monde, il avait arrêté, raconte-t-elle avec émotion. C'est ça qui est difficile, de se déplacer. J'ai de la peine et il faut que je coure après les moyens parce qu'il n'y en a pas ici.

Le seul organisme de soutien au deuil périnatal financé par le CIUSSS MCQ, le Papillon bleu, se trouve à Trois-Rivières. Anik Bertrand, une travailleuse sociale du centre, souligne qu’il est primordial que les mères qui vivent un deuil périnatal consultent des spécialistes pour surmonter cette épreuve.

On travaille à petite échelle avec mon organisme, mais il faut que ce soit une problématique qui soit mieux connue, dit-elle.

Un couple assis sur un canapé

Marjorie Desrochers et Alexandre Blouin ont perdu leur fille, Ginny, quelques heures après sa naissance. Ils se remettent lentement de cette épreuve.

Photo : Radio-Canada

Pour traverser cette période sombre, Marjorie Desrochers s'est tournée vers les réseaux sociaux. Sur sa page Facebook, elle partage son vécu. Elle remarque que plusieurs mamans cherchent des ressources et un espace pour partager leur expérience. Lorsqu’elle en aura retrouvé ses forces, elle compte créer un groupe de soutien à Shawinigan.

Selon le reportage de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé physique et mentale