•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vidéoclip de l’école du Maillon pour la persévérance scolaire

Des d'enfants et deux adultes chantent en regardant la caméra.

Un groupe d'enfants, leur professeur et l'artiste Stéphane Bisson chantent dans le gymnase de l'école du Maillon à Sainte-Germaine-Boulé en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Courtoisie: Alexandre Caron

Après s’être démarquée en 2018 avec un vidéoclip sur l’intimidation, l’école primaire du Maillon de Sainte-Germaine-Boulé récidive cette année avec une nouvelle chanson ayant pour thème la persévérance scolaire.

Le travail des jeunes élèves est mis de l’avant par la Commission Scolaire du Lac-Abitibi et le comité Réussite Éducative Abitibi-Ouest pour la semaine de la Persévérance scolaire, qui se déroule du 17 au 21 février.

Ce projet a été piloté par la professeure de la classe de 5e et 6e année Jacynthe Lebel. Comme pour leur première production vidéo sur l'intimidation (Nouvelle fenêtre), tout a commencé par une démarche d’écriture.

Une enseignante pose dans le couloir d'une école primaire.

Jacynthe Lebel

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

 Je voulais rendre ça plus signifiant pour les élèves

Jacynthe Lebel, enseignante à l'école du Maillon.

Concrètement, les élèves de cette classe de 5e et 6e année ont rédigé et travaillé un texte sur le thème de la persévérance. La classe a ensuite fait son choix et c’est le texte du jeune Matys Goulet, intitulé Persévère (Nouvelle fenêtre), qui a été retenu et remis au guitariste  Stéphane Bisson qui l’a mis en musique.

Assis dans les marches d'un escalier de bois, un homme gratte les cordes de sa guitare rouge.

Stéphane Bisson tel qu'il apparaît dans le vidéoclip Persévérance pour la Semaine de la persévérance scolaire.

Photo : Courtoisie : Jean Caron

C’est également Stéphane Bisson qui avait fait la trame mélodique pour la première chanson, mais cette fois-ci, Jacynthe Lebel s’est aussi prêtée au jeu d’interpréter les mots de son élève.

Oui je chante! J'ai mis mes talents à profit, C’était aussi une demande Stéphane qui voyait une opportunité d'avoir deux voix. Une personne qui est un peu découragée par ce qui se passe dans sa vie, et une autre qui représente le fait que parfois, on rencontre des gens sur notre route qui ont une importance particulière. C’est ce qu’il voulait représenter : deux entités, explique Jacynthe Lebel.

Par la suite, le volet cinématographique est entré en jeu avec le concours de Jean et Alexandre Caron qui ont assuré le tournage et la réalisation du vidéoclip.

Arthur Tremblay, qui est en 5e année et Annabelle Sanscartier-Robitaille, 6e année conservent un excellent souvenir de leur expérience.

Ils avaient besoin d’un jeune garçon pour un rôle où il fallait avoir l’air découragé. Je pense que ça prenait un bon comédien et j’étais content d’avoir le rôle, raconte Arthur.

Pour sa part, Annabelle estime que l’expérience a soudé des liens entre les élèves de la classe.

Avant, il y avait beaucoup de chicanes entre nous, surtout parce qu’on se connaissait pas trop. Depuis le vidéoclip, on se parle beaucoup plus, on s’encourage davantage aussi, observe-t-elle.

Deux enfants se tiennent devant l'écran qui projette leur vidéoclip

Arthur Tremblay et Annabelle Sanscartier-Robitaille

Photo : Radio-Canada / Millette, Lise

Quant à l’importance de la persévérance, le message semble avoir été bien compris.

Il ne faut pas abandonner, ne jamais lâcher, commence Arthur.

Et si tu veux réussir, il faut que tu t’encourages toi aussi, ce n’est pas qu’aux autres ou aux professeurs de le faire, il faut que ça parte aussi de toi, conclut Annabelle Sanscartier-Robitaille.

À lire aussi : Un projet musical pour contrer l'intimidation à Sainte-Germaine-Boulé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation