•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le rapatriement des Canadiens du Diamond Princess suscite de l'inquiétude à Cornwall

Bernadette Clément, la mairesse de Cornwall signe des papiers assise à une table.

La mairesse de Cornwall Bernadette Clement regrette d'avoir reçu peu d'information du fédéral sur l'accueil des rapatriés du bateau de croisière dans la ville du sud de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Canadiens coincés à bord du navire de croisière Diamond Princess, au Japon, seront rapatriés au pays, a annoncé le gouvernement samedi. Ils seront évalués à Trenton, puis mis en quarantaine à Cornwall. Certains résidents de la ville ontarienne ont fait part de leur appréhension.

L’avion transportera les passagers du Japon vers la base des Forces canadiennes Trenton où ils seront évalués, puis amenés vers l’Institut de formation NAV Canada de Cornwall, en Ontario, en vue de se soumettre à une nouvelle période de 14 jours en quarantaine, a détaillé Affaires mondiales Canada dans un communiqué samedi.

Cette opération de rapatriement ne vise toutefois pas les passagers qui sont atteints du coronavirus. Ces derniers seront transférés au Japon pour y recevoir les soins appropriés.

Deux Gatinois, Diane et Bernard Ménard, 75 ans, ont notamment contracté le virus sur le bateau de croisière.

La mairesse se pose des questions

La ville de Cornwall se prépare donc à recevoir les Canadiens qui étaient sur le navire de croisière, mais qui n'ont pas contracté le coronavirus. Mais la mairesse Bernadette Clement s'inquiète de la prise en charge dans sa ville des Canadiens rapatriés.

L’entrée de l'Institut de formation NAV Canada de Cornwall.

Des Canadiens rapatriés sont attendus au Centre NAV Canada de Cornwall.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Dans une vidéo publiée sur Facebook dimanche matin vers 3 h, elle dit avoir pris contact avec de nombreux représentants du gouvernement fédéral, faute d'information à ce sujet.

Il y a des questions qui se posent sur la pertinence d'accueillir ces personnes pour une quarantaine au sein du Centre NAV Canada et de la ville de Cornwall, indique Mme Clement.

La mairesse explique aussi avoir reçu de nombreuses questions de ses citoyens, tout en assurant partager leurs préoccupations et leurs interrogations.

C'est frustrant de ne pas avoir davantage d'informations du gouvernement fédéral que je pourrais donner aux résidents, confie-t-elle. Je n'ai pas autant de détails que ce que j'aimerais avoir.

L'appréhension de certains résidents

Le Centre NAV Canada de Cornwall abrite aussi un hôtel, un centre de conférence et un centre sportif. Et la venue annoncée des Canadiens rapatriés du Japon suscite une certaine inquiétude chez ceux qui fréquentent les lieux. Un parent, dont l'enfant suit un cours de natation sur place, nous a dit qu'il allait éviter de venir pendant quelques semaines.

La façade du Centre NAV Canada, située à Cornwall, Ontario.

Le Centre NAV Canada, situé à Cornwall, accueille aussi un centre de conférence, un hôtel et un centre sportif. Plusieurs habitués des lieux se posent des questions au sujet de l'arrivée des Canadiens rapatriés du Japon.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Plusieurs étudiants qui fréquentent le Centre NAV Canada se demandent si leurs activités de formation seront touchées.

Mon père est dans les Forces canadiennes et une fois que les personnes arriveront, il ne veut pas que je vienne ici, explique Kathleen Keylor.

Cody Harris ajoute : Sur Facebook, il y a beaucoup de personnes qui partagent des articles et qui pensent que les personnes atteintes du coronavirus viendront ici.

Aucune date d'arrivée des Canadiens rapatriés à Cornwall n'a été communiquée pour l'instant.

Avec les informations de Boris Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique