•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie dévore un immeuble en construction à Winnipeg

Un pompier arrose ce qu'était le brasier par une froide matinée de février.

À leur arrivée, les pompiers ont trouvé les 4&nbp;étages de l'immeuble en construction en flammes.

Photo : Radio-Canada / Caitlyn Gowriluk

Radio-Canada

Un immeuble de copropriétés en construction a été la proie d’un incendie sur la promenade Philip Lee, dans le quartier West Transcona de Winnipeg.

L’incendie s’est déclaré vers 6 h dimanche matin sur le chantier à proximité du boulevard Lagimodière et de l’avenue Concordia. Il a été maîtrisé par les pompiers vers 7 h 30.

À leur arrivée, les pompiers n’ont trouvé qu’un brasier de quatre étages et se sont surtout affairés à assurer la sécurité des immeubles des alentours, tout en tentant d’éteindre les flammes, selon un communiqué de la Ville de Winnipeg.

Le bâtiment faisait partie du complexe Crocus Gardens appartenant au promoteur ontarien Kothari.

Les habitants des environs ont été évacués par précaution, mais personne n’a été blessé.

Éviter une reprise

Un porte-parole du syndicat des pompiers de Winnipeg, Derek Balcaen, croit que le travail de ses collègues doit durer plusieurs heures, afin de s’assurer que l’incendie ne reprenne de la vigueur.

« La dernière chose qu’on veut, c’est que ce genre de feu se ravive », explique-t-il. « Tout ce qu’il faut, c’est un peu de chaleur et une petite flamme pour relancer le tout et que les pompiers soient forcés de revenir au bout de quelques heures. »

Parmi les défis posés par les feux de chantier, M. Balcaen note l’absence de système de protection contre les incendies et la difficulté à évaluer les sources de dangers sur les lieux.

« Il y a toutes sortes de combustibles et de matériaux qui ne seraient normalement pas là si la construction était terminée. »

Il note également que la charpente de bois de l’édifice contribue à alimenter le feu. « Il y a [aussi] le vent qui peut s’infiltrer dans la structure. On a donc du combustible, de la chaleur, et de l’oxygène en quantité illimitée. »

La propagation de l’incendie à un poteau a également entraîné une panne de courant pour environ 4000 habitants du secteur, selon Hydro-Manitoba, qui dit avoir rétabli l’électricité vers 9 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Incendie