•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première sage-femme à Fort McMurray

Debbie Mpofu pose pour la caméra. Elle est à l'extérieur devant des fleurs.

Debbie Mpofu pratique maintenant son métier de sage-femme à Fort McMurray.

Photo : Fournie par Services de santé Alberta

Radio-Canada

Elle ne travaille que depuis quelques semaines, mais la première sage-femme de Fort McMurray a déjà rencontré 14 femmes enceintes et sa liste d’attente ne cesse de s’allonger.

Debbie Mpofu pratique son métier depuis 25 ans.

« Je pense que la communauté veut une sage-femme depuis longtemps. Le fait qu’il n’y en avait pas m’a surprise », mentionne-t-elle.

Dans une année, Debbie Mpofu accepte d’accompagner environ 40 femmes enceintes.

« Lors de mes premiers rendez-vous, les femmes étaient tellement heureuses. Certaines ont même pleuré de joie pendant la visite », raconte-t-elle.

Debbie Mpofu croit que de plus en plus de femmes préfèrent faire appel à une sage-femme parce qu’il s’agit d’une approche globale qui comprend des consultations sur l'exercice, la relaxation et la santé mentale pendant la grossesse.

Selon elle, Services de santé Alberta travaille à l’embauche d’une deuxième sage-femme pour la région en raison de la forte demande.

Linsay Cromwell la main sur son ventre arrondi par une grossesse.

Linsay Cromwell est heureuse de pouvoir vivre sa deuxième grossese en étant accompagnée par une sage-femme.

Photo : Jeff Cromwell

Linsay Cromwell attend l’arrivée d’un deuxième enfant et a rencontré Debbie Mpofu mardi matin.

La femme de 35 ans a accouché d’un premier enfant à l’Hôpital Northern Lights de Fort McMurray, mais tenait à retenir les services d’une sage-femme pour cette deuxième grossesse.

« Je trouve qu’elle adapte l'expérience de naissance et ce qu'on veut pour son accouchement », dit la femme qui est enceinte de 22 semaines.

Debbie Mpofu est aidée dans son travail par Maddie Amyotte. Infirmière de profession, elle étudie présentement pour elle-même devenir sage-femme.

« Nous espérons qu’une fois que nous aurons plus de sages-femmes, nous serons en mesure de fournir des services dans les communautés avoisinantes », explique-t-elle.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Santé publique