•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Gauvin envisage la retraite politique

Robert Gauvin a quitté les rangs du Parti progressiste-conservateur vendredi, en opposition à la réforme en santé.

Le député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Robert Gauvin.

Le député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Robert Gauvin, envisage fortement de se retirer de la politique.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Jessica Savoie

Interrogé au sujet de ses plans futurs lors d'un passage à Radio-Canada Acadie dimanche, le député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Robert Gauvin, s’est dit en période de réflexion.

Après avoir quitté les rangs du Parti progressiste-conservateur vendredi dernier, le député indépendant avoue avoir pris la fin de semaine pour se détendre avec ses enfants.

Tout de suite, avec la fin de semaine que j’ai passée avec ma famille, et c’est peut-être la fatigue qui parle aussi, mais la première option présentement ce serait peut-être la retraite de la vie politique, affirme Robert Gauvin.

C’est surtout à cause des deux dernières années, ça a été terriblement épuisant, ajoute-t-il.

Robert Gauvin dans une mêlée de presse en compagnie de sa famille. Il répond aux médias.

Robert Gauvin a été chaudement applaudi après avoir annoncé qu'il siégerait comme député indépendant, lors d'un point de presse à Shippagan.

Photo : Radio-Canada

Ce que ma famille est passée au travers… Je ne veux absolument pas que ma famille passe au travers de tout ça une deuxième fois.

Robert Gauvin, ancien vice-premier ministre

Bien qu’il soit sous les projecteurs ces derniers jours et même si plusieurs ont applaudi sa décision de quitter le Parti progressiste-conservateur, il admet qu'il lui faudrait des circonstances beaucoup plus saines que celles qu’il a vécues ces deux dernières années pour qu’il se lance dans une campagne électorale à titre d'indépendant.

Robert Gauvin au micro, soutenu par Blaine Higgs, souriant.

Le Parti progressiste-conservateur, représenté ci-dessus par le candidat Robert Gauvin et le chef Blaine Higgs, tente de se différencier de la stratégie du Parti libéral.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Ça prendrait des discussions avant d’embarquer de nouveau, que ce soit avec qui que ce soit, parce que je ne veux absolument pas que ma famille passe au travers de ça de nouveau, rapporte M. Gauvin. Il indique toutefois que sa décision n'est pas encore arrêtée.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, lui a lancé une invitation à rejoindre son parti lors d’un point de presse vendredi dernier. Robert Gauvin précise toutefois ne pas avoir discuté directement avec M. Coon depuis sa démission, ni avec le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Kevin Vickers, ou le chef de l'opposition libérale à Fredericton, Denis Landry.

David Coon siégeant dans l'Assemblée législative

David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick

Photo : La Presse canadienne / James West

David Coon du Parti vert m’a lancé une invitation à joindre son parti [...]. Je n’ai pas parlé avec M. Vickers. Il y a quelqu’un qui m’a dit que M. Denis Landry, lors d’une entrevue à Shippagan vendredi, aurait dit que lui, il n’aurait pas de problèmes à travailler avec moi, affirme M. Gauvin.

Robert Gauvin pensera à son avenir au cours des prochaines semaines avant d’informer la communauté de sa décision.

Avec les renseignements de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale