•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à Fredericton : la municipalité embauche des briseurs de grève

Des employés dehors manifestent.

Ils étaient une cinquantaine de syndiqués de la section locale 508 du SCFP à bloquer l'entrée de leur lieu de travail, samedi.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Des travailleurs municipaux sont en colère à Fredericton, parce que des employés ont été embauchés par la ville pour les remplacer alors qu’ils manifestent pour de meilleures conditions de travail.

La ville a mis ses travailleurs en lock-out vendredi après-midi, à la suite de l'échec des discussions et de la médiation entre les administrateurs municipaux et le syndicat.

Ils étaient une cinquantaine de syndiqués de la section locale 508 du SCFP à bloquer l'entrée de leur lieu de travail, samedi, pendant que leurs remplaçants étaient en formation à l'intérieur.

Le syndicat a autorisé le passage de véhicules qui n'étaient pas touchés par la situation. 

Ces travailleurs au coeur du lock-out comprennent les opérateurs de chasse-neige, les mécaniciens et le personnel chargé de l'entretien de l'eau potable de la ville.

Les travailleurs ont signifié à la ville un préavis de grève de 24 heures la semaine dernière, mais un vote du conseil municipal a ordonné à la ville de mettre les travailleurs en lock-out en cas de grève.

Le conseil municipal de Fredericton a tenu une réunion spéciale vendredi soir et a voté pour l'embauche de travailleurs de remplacement pour remplir les rôles jusqu’à ce que le conflit de travail soit réglé.

Kevin Smallwood, président de la section locale 508 du SCFP. .

Kevin Smallwood, président de la section locale 508 du SCFP.

Photo :  CBC

« Nous sommes tous bouleversés », a déclaré Kevin Smallwood, président de la section locale du syndicat, sur le piquet de grève samedi après-midi.

« Pourquoi la ville ferait-elle venir des gens de l'extérieur de la province pour travailler dans un endroit où nous vivons et travaillons ? », se questionne-t-il.

La municipalité a engagé AFIMAC Canada pour pourvoir les postes, ce qui veut dire que les employés ne sont pas originaires de Fredericton.

Jeff Trail, le directeur général adjoint de Fredericton, explique que les travailleurs de remplacement ont été embauchés pour s'assurer que la ville puisse faire face à des conditions météorologiques difficiles.

« Notre principale préoccupation en ce moment est la sécurité publique, en assurant le passage en toute sécurité dans les rues et les routes de la ville », dit-il.

Il explique qu’il était nécessaire d’offrir une formation à ces nouveaux employés samedi afin qu’ils se familiarisent avec les tâches à accomplir avant leur entrée temporaire en poste.

« Nous voulons qu'ils se familiarisent avec nos équipements, et qu'ils connaissent les itinéraires à suivre en cas de tempête hivernale », indique le directeur adjoint de la ville.

Les manifestants ont bloqué une camionnette blanche transportant des travailleurs de remplacement samedi après-midi, causant de la grogne au passage.

Les manifestants ont bloqué une camionnette blanche .

Les manifestants ont bloqué une camionnette blanche transportant des travailleurs de remplacement samedi après-midi, causant de la grogne au passage.

Photo :  CBC

La police était sur place et a aidé à guider les véhicules à travers la foule pendant plus d'une heure.

Pour le président de la section locale, Kevin Smallwood, le fait que la ville embauche des travailleurs temporaires est un signe que le lock-out pourrait s’étendre sur une longue période de temps.

Aucune autre rencontre entre les deux parties n’est prévue pour le moment.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Relations de travail