•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle aire est acquise pour protéger des animaux menacés dans le Pontiac

Caroline Gagné et Jean Fink sur le terrain de la nouvelle aire protégée dans le Grand marais de Bristol.

Caroline Gagné, directrice de programmes pour l'ouest du Québec à Conservation de la nature Canada, et Jean Fink, biologiste au Centre d'enseignement et de recherche en foresterie de Sainte-Foy.

Photo : Joe Tunney/CBC

Roxane Léouzon

Une nouvelle partie du Grand marais de Bristol, dans le Pontiac, a été acquis par l'organisme Conservation de la nature Canada (CNC), notamment dans le but d'y protéger les nombreux animaux en péril qui s'y trouvent.

L'organisme en a fait l'annonce samedi, en compagnie notamment du député fédéral de Pontiac, William Amos.

Cette nouvelle aire protégée est de 31 hectares, ce qui porte à 1131 hectares la superficie totale du Grand marais de Bristol qui fait l'objet d'une protection. Elle a été achetée après une négociation avec ses anciens propriétaires, à l'aide de financement du gouvernement du Québec, du gouvernement du Canada et du U.S. Fish and Wildlife Service, pour un total de 96 000 $.

Trois tortues mouchetées prennent un bain de soleil.

La tortue mouchetée est désignée menacée selon la Loi québécoise sur les espèces menacées ou vulnérables et en voie de disparition selon la Loi sur les espèces en péril du Canada.

Photo : Conservation de la nature Canada

C'est le seul endroit au Québec où se retrouve la tortue mouchetée, désignée comme étant menacée.

C'est un secteur important pour la protection de cette tortue-là. Mais il y a aussi d'autres espèces comme des espèces d'oiseaux. C'est un secteur qui est très riche. Il y a le moucherolle à côtés olive, le petit blongios et aussi différentes espèces de couleuvres comme la couleuvre mince, qui est une espèce rare aussi, a souligné Caroline Gagné, directrice de programmes pour l'ouest du Québec à CNC.

Leur habitat sur ces hectares protégés n'est plus à risque d'être détruit par une éventuelle construction de maisons, de chalets ou de routes.

CNC continue de négocier avec des propriétaires pour acquérir d'autres terrains dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Protection des écosystèmes