•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un militaire accusé d’agression sexuelle

L'écusson de la Police militaire canadienne

Un écusson de la Police militaire canadienne.

Photo : Défense nationale du Canada

Radio-Canada

Un membre des Forces armées canadiennes fait face à plusieurs accusations relatives à une affaire présumée d’agression sexuelle qui aurait été commise dans la région d’Halifax.

Le caporal-chef Anthony Chand est accusé d’agression sexuelle, d'agression sexuelle ayant causé des lésions corporelles, de séquestration, de communications harcelantes et de conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline.

Les faits se seraient produits entre décembre 2014 et juillet 2015 à Halifax et à Dartmouth, alors que le suspect était basé au Centre de renseignement et de soutien des opérations maritimes, en Nouvelle-Écosse. Il est maintenant basé au Collège des Forces canadiennes à Toronto.

La présumée victime est membre des Forces de réserve. L'armée ne précise pas s'il s'agit d'une femme ou d'un homme.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) a lancé une enquête en juin dernier dans ce dossier. L’affaire suit son cours conformément au système de justice militaire et pourrait être portée ultérieurement devant une cour martiale, a annoncé vendredi le ministère de la Défense nationale.

Le major Jean-Marc Mercier, porte-parole du groupe de la Police militaire des Forces canadiennes, indique qu'au moins deux incidents se seraient produits en Nouvelle-Écosse et que l'accusé et la présumée victime ne résident plus dans la même province.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers