•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être député indépendant : « On travaille 4 fois plus fort », selon Amanda Simard

Comme Robert Gauvin, la Franco-Ontarienne Amanda Simard avait claqué la porte de son parti.

Robert Gauvin annonce sa décision de quitter le caucus progressiste-conservateur, le 14 février 2020.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

La Franco-Ontarienne Amanda Simard, députée à l’Assemblée législative de l’Ontario, « appuie à 100 % » le député acadien Robert Gauvin, qui a annoncé vendredi qu’il quittait le Parti progressiste conservateur du Nouveau-Brunswick pour représenter comme député indépendant sa circonscription de Shippagan-Lamèque-Miscou.

M. Gauvin, qui occupait le poste de vice-premier ministre dans le gouvernement de Blaine Higgs et était le seul francophone au sein du Cabinet, s’opposait à la fermeture des services d’urgence la nuit dans six hôpitaux du Nouveau-Brunswick.

En novembre 2018, Amanda Simard avait claqué la porte du gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford, moins de six mois après avoir été élue dans la circonscription de Glengarry—Prescott—Russell. Elle avait critiqué sévèrement les coupes de son gouvernement dans les services francophones en Ontario.

Je vais vous avouer que j'ai eu des frissons lorsque j'ai vu l'annonce faite par Robert Gauvin, a confié Mme Simard samedi soir au Téléjournal Acadie. Ce clip-là me rappelait très bien ma situation.

Amanda Simard accorde une entrevue télévisée à partir d'une salle de nouvelles de Radio-Canada.

Amanda Simard le 15 février 2020.

Photo : Radio-Canada

J’étais très fière de lui. Ça prend beaucoup de courage, parce que c’est l’inconnu. Ce n’est pas comme quand on quitte un parti et on saute dans les bras d’un autre parti tout de suite. De devenir indépendant, ça n’arrive pas souvent, a-t-elle déclaré.

Des défis importants attendent le député Gauvin, estime Amanda Simard.

On quitte les gens avec qui on a travaillé si fort, observe-t-elle. On travaille quatre fois plus fort pour être briefé sur la législation, mais on a une liberté. On peut prendre les positions qu’on veut prendre.

Être indépendant, ça a ses avantages. Il faut juste savoir naviguer et comprendre bien le système de la législature. C’est certain que ça va être une belle expérience, dit la politicienne.

Robert Gauvin dans une mêlée de presse en compagnie de sa famille. Il répond aux médias.

Robert Gauvin le 14 février 2020 à Shippagan, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Mme Simard parle en connaissance de cause puisqu’elle a représenté Glengarry—Prescott—Russell comme députée indépendante pendant près de 14 mois. En janvier dernier, elle joignait le Parti libéral de l’Ontario, qui est la deuxième opposition dans la province avec seulement six députés.

Sur le plan personnel, Amanda Simard conseille au député de Shippagan-Lamèque-Miscou d’ignorer les messages haineux, parce qu’il va toujours y en avoir.

C’est certain qu’il a toute une communauté derrière lui, affirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale