•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réception positive de l'interdiction prochaine des sacs de plastique à Rimouski

Le paysage de la ville de Rimouski pendant l'hiver.

La ville de Rimouski

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada

Les commerçants et passant rimouskois rencontrés voient d'un bon œil le bannissement des sacs de plastiques à usage unique chez les commerçants.

Sylvain Brillant, propriétaire de la Boucherie des Halles et Fromage en Tête, a d'ores et déjà entrepris un virage vert pour son entreprise. Il propose à sa clientèle des sacs de papiers ainsi que des emballages biodégradables et compostables pour transporter leurs emplettes.

Sylvain Brillant, propriétaire de la Boucherie des Halles.

Sylvain Brillant, propriétaire de la Boucherie des Halles, a pris une longueur d'avance pour réduire son impact environnemental.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

La demande est là. Ma clientèle le demandait aussi.

Une citation de :Sylvain Brillant, propriétaire de la Boucherie des Halles

Petit hic, toutefois, avec l'annonce de la ville de Rimouski qui projette d'interdire l'usage de sacs de plastique chez les commerçants à compter de septembre prochain.

Les emballages biodégradables proposés à la Boucherie des Halles correspondent à la catégorie de plastique no 7, que la municipalité refuse de composter. Un pas de plus serait nécessaire, dit l'entrepreneur.

Anick Gagné-Gravel emballe des fleurs chez Fleuriste Desjardins.

Anick Gagné-Gravel à l'oeuvre chez Fleuriste Desjardins.

Photo : Radio-Canada

Chez le fleuriste, des papiers, faits à base de pierre, sont en train de remplacer les pellicules en plastique dans lesquelles les fleurs sont emballées.

C'est le cas chez Fleuriste Desjardins, situé aux Halles Saint-Germain. Anick Gagné-Gravel, copropriétaire, explique que ce papier est entièrement dégradable, avec un impact environnemental négligeable.

Je pense que le plastique, c'est assez. Je pense qu'il faut faire notre part.

Une citation de :Anick Gagné-Gravel, copropriétaire, Fleuriste Desjardins
La directrice générale du Conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent, Luce Balthazar

La directrice générale du Conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent, Luce Balthazar (Archives)

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

De son côté, la directrice du Conseil de l'environnement du Bas-Saint-Laurent, Luce Balthazar, salue la décision de la Ville de Rimouski de bannir les sacs de plastique à usage unique.

Luce Balthazar considère que c'est un pas dans la bonne direction. Elle estime cependant que la Ville aurait pu être plus audacieuse et interdire d'autres produits qui sont néfastes pour l'environnement.

Un impact sur les prix de vente?

Sylvain Brillant admet que ses emballages écologiques sont plus dispendieux. Celui qui est biodégradable, par exemple, lui coûte deux fois plus cher.

Les commerçants devront ajuster leurs prix à la hausse pour compenser les frais supplémentaires, pense-t-il.

D'après le reportage d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !